Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lundi 31 octobre 2016 – nuit reposante. Il a fallu récupérer de la rando de la veille. Nous remettons le couvert pour une nouvelle traversée le long des crêtes du Vercors, marquée par un passage au sommet de la Grande Moucherolle et de sa petite sœur la Petite Moucherolle au départ du col de l’Arzelier. Nous nous retrouvons rapidement au-dessus de la brume qui tapisse le fond des vallées et démarrons de Mauret à 1200m. Direction le refuge de la Soldanelle, menant à Pré Achard (1500m) en remontant en sous-bois les pistes de ski. Il fait doux au soleil, pas de vent. La vue sur les falaises Est du Vercors est splendide : cet arc de cercle qui se termine au Grand Veymont et au Mt Aiguille. Nous quittons le sentier balisé à Pré Achard pour rejoindre directement le pied des falaises sous un joli promontoire : c’est le sommet de la Grande Sœur Agathe. Casque de rigueur sous les falaises : la sente n’est pas sans rappeler notre escapade dans les Dolomites, en corniche avec une vue magnifique sur Chamechaude et la Dent de Crolle. Le Mont Blanc apparait aussi, ainsi que la Meije.  Nous progressons sous les falaises et passons quelques champs d’éboulis jusqu’à la base d’un couloir : c’est par là que nous allons accéder au plateau, via le col des Deux Sœurs (entre la Grande Sœur Agathe et la Petite Sœur Sophie). Un 1er ressaut est sécurisé par une vieille main courante rouillée, juste là pour se rassurer. Les lacets font passer tantôt dans le creux du couloir tantôt sur les dalles calcaires. Un homme descend, c’est la seule personne croisée depuis le départ du parking. Nous sortons ensuite au Col des Deux Sœurs (2056m) dans un cadre exceptionnel, sauvage à souhait. Un champ de doline qui n’est pas sans rappeler le Marguareis avec au fond le sommet de la Grande Moucherolle (2284m).

Personne en vue excepté 2 hardes de bouquetins qui cherchent à se rapprocher. Nous tirons en direction de la trace menant au sommet sans redescendre. Il fait frais, le sol est encore gelé, témoin que le soleil n’est pas là depuis longtemps. Oh et un lac ! Celui permettant d’assurer le fonctionnement des canons  à neige de la station de Villard. La vue dans notre dos est splendide sur le col, les  sœurs et l’arête Gerbier. Nous débouchons en crête à un col avant l’ascension terminale de la Grande Moucherolle (il reste ~100mD+). La vue donne directement sur les falaises. Pour arriver au sommet, il faut utiliser les mains dans une escalade facile (2+). Vue à couper le souffle sur une belle arête aérienne dominée par une antenne radio. Nous regardons alors la suite du programme : une descente à-pic vers le col des Moucherolles et une remontée tout aussi raide vers la Petite Moucherolle : nous pouvons d’ailleurs suivre la trace y menant jusqu’à ce qu’elle se perde dans une barre rocheuse. Le début de la descente de la Grande Moucherolle s’effectue le long d’une arête avant de bifurquer dans un couloir raide bien cairné. Il y a 2 petits pas d’escalade sur à peine 4m avant de rejoindre le col. L’un des ressauts est même dominé par un bouquetin curieux qui nous observe. Pas le temps de badiner que nous remontons au sommet de la Petite Moucherolle (2156m). Lorsque le sentier se perd, c’est bien pour remonter une cheminée nécessitant les mains.

Jolie vue depuis le sommet sur le sommet principal et ses falaises, mais aussi sur le reste du plateau du Vercors. La suite de la journée sera plus tranquille : uniquement de la descente, mais il reste encore une distance conséquente avant de retrouver la voiture au col de l’Arzelier. D’abord une procession en crête passant par le rocher du coin, terminus d’une remontée mécanique puis jusqu’au pas de la Balme (1839m). Nous rencontrons plus de personnes que le matin et traversons un champ de lapiaz impressionnant. Nous ne basculons pas directement versant Est mais longeons quelques instants les falaises jusqu’à une stèle commémorative rappelant les sombres heures de la résistance française dans le Vercors lors de la Seconde Guerre Mondiale. Là, nous calons 300mD- jusqu’à un lieu-dit nommé Les Poules. Là, le reste du chemin est plus tranquille, en légère descente dans la forêt et nous rentrons tranquillement vers Mauret et le col de l’Arzelier après 15km et 1175mD+. Encore une bonne journée.

Tag(s) : #Rando
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :