Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mont du Grand Capelet (2935m)

Samedi 21 septembre 2013 – Premier jour de l’automne et les prévisions météo sont plus qu’encourageante : c’est un franc soleil qui est prévu sur l’ensemble de la France et les montagnes du Mercantour ne font pas exception. Je décide donc de monter un peu pour une boucle qui doit me faire passer 3 cols : le Pas de l’Arpette, la Baisse de Valmasque dans la Vallée des Merveilles et la Baise de Basto. J’ai également prévu de monter au Mont du Grand Capelet, depuis la Baisse de Valmasque. Ca doit faire environ 21km et surtout 2100m de D+, de quoi finir bien cramer. C’est donc la première fois que je rechausse les baskets depuis la CCC® fin aout. Il n’est pas encore 9h que je m’élance du Pont du Countet au terminus de la route de la Vallée de la Gordolasque, l’une des vallées glaciaires du Mercantour. Le soleil n’est pas encore passé au-dessus des montagnes barrant l’Est et il doit faire autour de 10°C. Il y a déjà de nombreuses voitures en stationnement. Je passe le pont et me retrouve à la balise 412 pour me diriger dans le Vallon d’Empuonrame. La montée est régulière, sans à coup mais avec de jolis petits lacets qui permettent de s’élever rapidement, tout en longeant une conduite forcée. Vers l’altitude de 2200m, petite pause dans la pente : je débouche sur un petit plateau alors que l’on devine au loin le Pas de l’Arpette encadré par le Mont de l’Arpette et la Cime des Verrairières alors que le soleil est à présent assez haut pour m’inonder de ses rayons déjà puissants. J’entends au loin les sifflements de quelques marmottes mais au détour d’un petit virage, je tombe nez à nez avec un groupe d’une demi-douzaine de chamois, dont certains sont de l’année. Ils ne fuient pas à mon approche mais me jaugent plutôt avant de sonner l’alerte. Ils resteront là malgré tout à me surveiller du coin de l’œil. Je gagne le Pas de l’Arpette (2511m) en 1h de temps et débouche sur un très joli paysage, celui des lacs autour du refuge des Merveilles, c’est-à-dire le Lac Long Supérieur, le Lac Long Inférieur, le Lac Fourca et le Lac Saorgine. Tous sont dominés par l’imposant Mont Bégo (2872m). On devine la Vallée des Merveilles derrière le Mont des Merveilles (2720m).

Mont du Grand Capelet (2935m)

Je bascule ensuite dans la descente et aperçoit rapidement le Lac d’Huile niché dans le cirque des Cimes du Trem et des Lacs. J’arrive enfin aux abords du Lac Mouton où 2 chamois broutent devant le Lac Long Supérieur. Le spectacle est impressionnant : on cherche le sentier pour accéder à la Vallée des Merveilles, entre 2 belles montagnes, le Bégo et le Mont des Merveilles. De là, on semble si petit. Au niveau de la balise 93, je m’élance dans la seconde montée du jour, celle qui doit m’amener à la Baisse de Valmasque, 400mD+ plus haut. Je suis sur le GR52. Le cheminement est parsemé de nombreux cailloux et blocs tandis que le sentier monte régulièrement jusqu’à atteindre plusieurs rochers le long du sentier sur lesquels il est possible de voir des gravures rupestres : celles de la Vallée des Merveilles, des cornus, poignards… Petite curiosité historique. On débouche ensuite au Lac des Merveilles, petit lac long, étiré entouré de roches et qui se termine en amont par une petite zone marécageuse.

Mont du Grand Capelet (2935m)

Le sentier monte à nouveau de manière assez raide jusqu’à atteindre la Baisse de Valmasque (2549m). Là, superbe point de vue sur la Vallée des Merveilles au sud et le chapelet de lacs de barrage de la Valmasque (Lac du Basto, Lac Noir et Lac Vert). Je m’élance ensuite à l’assaut de la crête ouest qui doit mener au Mont du Grand Capelet. Il reste environ 400mD+ avant le sommet. Le chemin, que l’on suit via des cairns passe d’abord sous des barres avant de remonter un vallon directement sous la Cime de Nuffié. Du versant nord, nous passons au versant sud via un petit passage, dévoilant ainsi toute la grandeur du Grand Capelet encore lointain. C’est là que je commets une petite erreur d’orientation : au lieu de descendre dans le vallon, je continue en crête, ce qui va me ralentir car l’avancée devient hasardeuse, entre les dalles, petits ressauts et plateaux. Je parviens malgré tout à atteindre le sommet du Grand Capelet (2935m) en croisant une famille de bouquetin pas du tout préoccupée par mon passage. Le panorama est splendide ! 360° : du Bégo, aux Lacs des Merveilles et ceux du refuge des Merveilles, en passant par la Cime du Diable, aux Capelet Sup. et Inf., la vallée de la Gordolasque, le Caire des Merveilles. Au nord, on aperçoit le Lac Long, au-dessus du refuge de Nice, et juste surmonté par le Gélas, point culminant des Alpes-Maritimes. A côté, la Malédie, le Clapier et le Lac Ste-Marie. Je me régale devant cette vue.

Le Lac de Basto.

Le Lac de Basto.

Mont du Grand Capelet (2935m)

Il faut déjà redescendre vers la Baisse de Valmasque. Sous cette baisse (b. 95), je bifurque au nord-ouest pour m’engager en direction de la Baisse de Basto. Le chemin, d’abord bien marqué, se transforme rapidement en pierrier jusqu’à la Baisse de Basto. On slalome entre les blocs, en passant sous les Têtes nord et sud du Basto. Sous la 1ère nommée, se trouve un petit lac entouré d’un beau névé. La Baisse de Basto se trouve à près de 2700m. J’en ai finis avec les montées de cols : 3 cols aujourd’hui. Les premiers mètres de la descente sont raides et glissants, alors que les 1er lacs du vallon de Chamineye apparaissent. Je suis content de les atteindre car le sentier s’y élargit et les blocs laissent place à un sentier de montagne juste émaillé de quelques cailloux. J’arrive ensuite au Lac Niré, le plus gros de ce beau vallon de haute montagne. Peu avant d’arriver au refuge de Nice, au pied du vallon de la Fous, on a une belle vue dégagée sur le Clapier, autre sommet frontalier dépassant les 3000m. Je me prends quelques minutes sur la terrasse du refuge de Nice alors que je découvre un Lac de la Fous en partie vidée ! La descente jusqu’au Pont du Countet me prendra environ 1h15, via les dalles de l’Estrech. Les derniers hectomètres de la journée se déroule en contre-haut du vallon de la Gordalosque, encore très bruyant pour la saison. Très belle sortie, avec un bon D+ et qui s’est déroulé sous un très beau soleil.

Tag(s) : #Rando'Trail
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :