Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Laghi d'Orgials et d'Aver

Dimanche 14 juillet 2013 – Jour de Fête Nationale, nous avons décidé de profiter de notre passage à Auron pour les championnats de France de VTT pour rester sur Isola 2000 et entreprendre une randonnée sur le versant italien du Col de la Lombarde. Départ à 2250m, quelques km sous le Col de la Lombarde. Une courte montée dans un pierrier nous mène au Passo d’Orgials (2600m). En 50min nous sommes déjà à 2660m avec un superbe panorama depuis la Cime d’Orgials : la Lombarde semble encore partiellement enneigée sur le sommet ; on devine le Malinvern ; à l’Est, ce sont les Lacs d’Orgials que nous allons rejoindre, nichés au-dessus d’un verrou qui laisse entrevoir une vallée bien prononcée plus bas. Et à l’Ouest, la vallée italienne sous la Lombarde. Dommage que le temps soit assez chargé en nuages. Sous le col, 2 chamois fuient alors que nous approchons : ils traversent sans accros ni même sembler se soucier d’un impressionnant névé dans une très forte pente. Même si nous serions incapables de les atteindre, simples bipèdes que nous sommes. Le sentier est bien marqué et nous amène rapidement en surplomb des Lacs d’Orgials. Le plus à l’Ouest est encore partielement prisonnier des glaces avec une eau turquoise remarquablement révélée par le soleil qui perce enfin. La Cime de la Lombarde et le Mt. Malinvern barrent le Sud de ce cirque glaciaire. Sous un petit verrou duquel descend une belle et grosse cascade se trouve le 3ème et petit lac d’Orgials, que nous contournons au plus près. J’en suis quitte pour une belle frayeur : en regardant un peu plus loin que mes pieds, il s’en est fallu de peu que je ne mette le pied sur une jolie petite vipère marron/verte et noire…

Laghi d'Orgials et d'Aver
Laghi d'Orgials et d'Aver

C’est guère rassuré que j’aborde la suite de la rando dès qu’il faut mettre les pieds dans les herbes. Nous amorçons ensuite une longue descente vers le Rio freddo, immense torrent qui draine les eaux des lacs d’Orgials et du Lac Malinvern, niché sous la cime homonyme, entouré de montagnes accérées. Les flancs sont généreusement garnis de mélèzes de taille très importante. C’est une explosion de végétation : gentiane, glycine, myosotise… Une explosion de couleur sur fond vert très intense des mélèzes. Nous dépassons à présent un troupeau de vaches avec prudence et atteignons ensuite le refuge CAI du Malinvern, désservi par une piste que nous suivons le lon du Rio Freddo sur environ 2km. Arrivés à la côte 1640m, c’est l’heure d’attaquer le col nous remenant vers la route de la Lombarde : 800m D+ en brut d’abord dans le vallon d’Aver puis aux lacs donnant naissance à ce torrent. La précision des cartes IGN italienne ne nous avait en rien laissée présager d’une montée raide, mais très agréable est régulière. Il nous fait 45min pour atteindre le Lago d’Aver Sottano à 2136m. Le vallon d’Aver est très encaissé et ses flancs sont abruptes. De nombreuses branches jonchent le torrent, probable témoins d’avalanches. Le temps s’est à nouveau très chargé après une descente le long du Rio Freddo très ensoleillée. Nous décidons malgré tout de pousser l’aventure italienne jusqu’au Lago d’Aver Soprano (2334m) que nous rejoignons en 20 petites minutes. Le soleil nous fait honneur alors que nous envisageons déjà de futures randos vers les lacs indiqués alentours, avec pourquoi pas un franc soleil. Car alors que nous amorçons la descente, le temps semble définitivement tourner à l’orage avec de gros nuages menaçants sur le Malinvern.

Il commence à bruiner au niveau du lac inférieur alors qu’il nous reste encore 45min d’un bon rythme pour rejoindre le Colle dei Morti (2477m), entre le Mt. Aver et Monte della Valletta. Mise en place du sur-sac et préparation des kways alors que nous pressons le pas. Les 100 derniers mètres d’ascension, la pluie commence à se faire plus présente alors que la brume nous encercle à présente. Heureusement, le chemin est bien marqué et nous avons eu le temps de voir le col depuis plus bas. Mais ce qui est le plus inquiétant, c’est le névé qui occupe tout le col, notamment les derniers mètres où le chemin disparait sous la neige. Heureusement, une dalle de gneiss rugueux comme il faut nous permet de passer le col en cherchant quelques prises pour les pieds et les mains, au-dessus du névé. Là, on commence à ramasser sévère, mais il ne reste que 20min de descente avant de rejoindre la voiture laisser le long de la route. Nous traverserons des paysages irréels, dans le brouillard avec de-ci de-là des névés dont on ne distingue pas l’extension. Le chemin est marqué par des pierres de part et d’autre. Heureusement car la visibilité est réduite au strict minimum. Sous le soleil, le secteur ne doit pas manquer d’intérêt avec de multiples petits laquets éphémères. Il nous aura fallu 6h15 au total pour faire cette boucle italienne d’une petite quinzaine de kilomètres. Malgré le temps nuageux ponctué de belles éclaircies ce fut une belle journée qui cloture un week-end bien rempli avec la veille. Nous terminons certes mouillés mais nous aurons échappés au pire avec des orages nous encerclant et de la grêle tombée sur Isola 2000, puis des pluies torrentielles ayant copieusement arrosées la vallée rejoignant la Tinée.

Tag(s) : #Rando Alpes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :