Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Crêtes des Grues

Dimanche 9 juin 2013 - Premier rendez-vous dans l'Estérel en cet début d'été et retour à Théoule-sur-Mer. Départ tardif : avec la météo capricieuse en ce début d'année, il est difficile de programmer des randos : là, on laisse passer les orages venant de la mer le matin car l'après-midi s'annonce meilleur selon les prévisions, hasardeuses malgré tout. Le soleil brille au moment de remonter le Vallon de l'Autel vers le 1er col de la journée, le Col du Trayas (248m), via le Col de Théoule, sous le Sommet des Grosses Grues que l'on contourne ensuite par le Nord. Le temps commence à se couvrir plus au nord, mais pour le moment, sur la frange côtière, ça tient et il fait toujours très chaud. Les sentiers sont très rocailleux ici et les petits single serpentent entre les blocs des vieilles roches volcaniques de l'Estérel. La végétation est elle aussi florissante en cette saison : de la lavande des Maures, des genets partout et des buis sous de nombreux pins. Avant d'attaquer l'ascension du Sommet des Grosses Grues, passage au Col de la Cadière (240m). 200m de dénivelé pour atteindre le 1er sommet de la journée via un chemin très sympa. Puis c'est un chemin en toboggan qui mène au Sommet des Petites Grues (413m).

Crêtes des Grues

Là, il va nous falloir renoncer à l'ascension du Pic de l'Ours, pourtant si proche de nos pas. En effet, l'orage commence à gronder et dans quelques minutes, il sera sur nous... Et oui, parfois ça arrive que le mauvais temps nous rattrape. Nous allons subir les foudres de cet orage ! Les couleurs deviennent splendides avec cet éclairage, faisant ressortir les couleurs du vert de la végétations et notamment des chênes lièges sur l'ocre des roches. Et, au Col Notre-Dame (325m), c'est parti... Une grosse pluie accompagnée de tonnerre et de foudre alentours. L'orage est en plein sur nous. Nous pressons le pas pour le principe. Sans abri pour laisser passer l'orage, autant avancer vaille qui vaille : nous continuons plein Nord pour rejoindre le Col du Trayas et boucler la boucle, là où la pluie cesse. Trop tard, nous sommes complètement trempés. Reste ensuite la descente le long du Vallon de l'Autel où le chemin se transforme localement en petit torrent alimenté par les pluies. En fond de vallon, l'ambiance est tout autre : humide, réminiscence de la forêt de Martinique. Je crois même que nous ne sommes pas seuls : outre les oiseaux qui reprennent leur chant, un sanglier passe. Trempés nous sommes mais contents malgré tout d'être sortis, même si prendre la pluie de cette manière n'est jamais agréable. Et il est possible de faire 3 cols dans la journée en 3h30...

Tag(s) : #Rando
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :