Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Col des Tentes

Mardi 30 juillet 2013 – La journée débute par un petit déjeuner humide. En effet, le camping est au pied des montagnes côté Est : les rayons du soleil ne l’atteignent que tard dans la matinée. Personne n’aura eu froid et le soleil commence à lécher les sommets du cirque : joli spectacle au réveil. Nous irons sur les tables mises à disposition des campeurs pour déjeuner. Suite à une petite urgence médicale, nous passerons la matinée dans la ville de Lourdes, qui grouille de monde, essentiellement des personnes âgées venus en cure ou tenter de bénéficier des bienfaits de la fameuse eau de la grotte de Lourdes. Cette ville est aussi la seconde ville en France disposant du plus de lit après la ville de Paris, et surtout devant Nice ! A peine 10 000 habitants, mais 5 millions de visiteurs par an, rien que pour la grotte. C’est le second lieu de pèlerinage du monde chrétien après la Basilique Saint-Pierre du Vatican, et devant un autre sanctuaire mexicain, Notre-Dame de Guadalupe. La journée est plus qu’entamée. Nous allons manger au bord du lac glaciaire de Lourdes. A l’ombre car il fait très chaud. Malheureusement, la baignade y est interdite. Après une petite sieste, nous décidons de remonter à Gavarnie pour monter au Col des Tentes, au-dessus de la station de ski de Gavarnie, pour 2 choses : une petite montée au pic des Tentes avec sa vue imprenable sur la Brèche Roland et une rando assez courte menant au Lac et au Col d’Especières, frontalier avec l’Espagne. Sur la route du retour, nous observons encore une nouvelle fois les nombreux dégâts causés par les inondations : des morceaux entiers de route arrachés. Nous sommes au Col des Tentes (2208m) vers 16h30.

Col des Tentes

Malgré l’heure tardive, les moutons cherchent le maximum d’ombres en enfouissant leur tête contre les rochers le long de la route. Plus nous montons d’ailleurs, plus la route se dégrade : c’est un cul de sac. En été, toute cette partie est une vaste prairie pour les troupeaux. Nous montons, seuls, au Pic des Tentes (2289m) où un superbe panorama nous attend : le Pic des Ligades au Nord qui domine le Plateau de St-André, le Lac et le Col des Espécières à l’Ouest marquant la frontière avec l’Espagne, le Port de Boucharo, prolongement à la frontière du Col des Tentes, et au Sud, le plus spectaculaire, les falaises du Taillon (3144m) faites de dalles polies par l’action des glaciers. On voit également une superbe zone de chevauchement avec le niveau savon à la base de la frontière et 3 niveaux de calcaires différents qui se superposent pour former la montagne du Taillon. Les rochers du secondaires viennent passer par-dessus les roches du primaires au moment de la formation des Alpes pourtant lointaines. Superbe exemple de géologie en milieu naturel. Après cette petite ascension, nous décidons de pousser l’aventure sur la frontière franco-espagnole afin de voir l’autre versant des montagnes pyrénéennes du côté de Gavarnie. Nous prenons donc la direction du Lac d’Espécières légèrement plus bas que le parking : 2195m. Nous entendons quelques sifflements de marmottes au loin sans vraiment en apercevoir.

Col des Tentes

Le lac est dominé par le Soum Blanc des Espécières et la ligne de crêtes frontalière menant au Pic entre les Ports. Au Nord, ce sont les falaises bordant la vallée des Espécières. Le lac est très joli, d’un bleu turquoise prononcé. Ces eaux donnent envie à la baignade. Nous enlevons tous nos chaussures pour mettre les pieds dans le lac. Elle est assez fraiche, mais je pousse un peu plus loin : mollets, puis cuisses et enfin torse, malgré la fraicheur. Les autres tentent de me forcer un peu plus en me lançant des pierres proches ! Je sors enfin après un petit bain vivifiant. Le temps de sécher rapidement et nous reprenons rapidement l’ascension vers la frontière alors que le soleil débute sa lente déclinaison, plongeant déjà une partie du lac dans l’ombre. Au col, à 2334m, ça souffle un peu mais la vue n’est pas aussi spectaculaire que nous le pensions. Sommes-nous blasés ? C’est juste que les montagnes proches cachent en partie la vue sur les autres montagnes. Sous le col, nous apercevons le penchant espagnol du Lac des Espécières : le Lac de Sautaro et entreprenons la montée vers le Pic d’entre les Ports à 2476m. La montée se fait en crête. Au fil des lacets, nous passons tantôt du côté espagnol, tantôt du côté français. Nous arrivons à un petit replat à 2454m où un petit abri trône, bienvenu pour attendre tout le monde, assis parterre, caché du vent. Le cheminement se poursuit en crête avec une jolie vue sur le Taillon et le Port de Boucharo. Sur cette trace, de très nombreuses joubarbes et raiponce poussent entre les pierres. Au sommet, c’est carrément une mini construction en pierres sèches permettant de s’abriter au mieux du vent en pénétrant au centre de la construction. Mais nous contemplons le paysage alentour, du versant espagnol au Taillon et falaises formant les contreforts du Cirque de Gavarnie. Il y a ainsi de très nombreux glaciers, comme celui du Gabiétous duquel coule une cascade très active, sortant de l’enclace renfermant le glacier ; ou encore celui du Taillon. C’est un superbe panorama qui nous est proposé et nous avons bien du mal à quitter ce lieu. Nous amorçons la descente du retour en croupe, pour couper court et retomber plus proche du parking. Là, il y a un névé sur lequel nous nous amusons à glisser. Le soleil continue de baisser à l’horizon alors que nous arrivons au parking. Nous chargeons le pique-nique pour monter à la table de pique-nique sous le Pic des Tentes pour manger dans un superbe lieu et attendre le coucher du soleil sur les falaises. Repas chaud de raviolis et les montagnes commencent à changer de couleurs avec le déclin du soleil : elles deviennent orangées, puis roses. Un troupeau de vaches remonte alors de la vallée et nous encercle. Il y a quelques petits veaux mais elles se tiennent à distance, sauf quelques téméraires s’approchant plus proche de nous. Dès que le soleil disparait, l’humidité tombe vite, mais nous attendons encore plus la baisse de luminosité car le spectacle en vaut le coup. Nous redescendons à la nuit tombée vers le camping où nous attendons la nuit noire pour observer les étoiles dans le ciel dégagé cette nuit. Là, ça brille de partout et la Voie Lactée apparait alors que nous allons nous coucher.

La Brèche Rolland (2807m), superbe ouverture naturelle de 40m de large pour 100m de haut ! Elle ets située sur les falaises du Cirque de Gavarnie.

La Brèche Rolland (2807m), superbe ouverture naturelle de 40m de large pour 100m de haut ! Elle ets située sur les falaises du Cirque de Gavarnie.

Tag(s) : #Pyrénez-vous !
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :