Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lombarduccio (2261m)

Lundi 5 septembre 2016 – nous nous levons à 6h du matin pour plier le camp après 3j dans la vallée. Nous quittons le camping à 6h30 et prenons la direction des bergeries de Grottelle (1370m), terminus de la route de la Restonica. Il y a peu de monde à cette heure-ci et nous acquittons du droit de parking (6€ pour la journée) auprès de l’agent de Corte. Le vent souffle fort ce matin, un air chaud, ce qui nous surpris au réveil en sortant de la tente car il faisait chaud. Nous commençons à monter en direction des lacs de Mélo et de Capitello. Nous étions déjà montés par ici en 2011 et ce sentier est très fréquenté en saison. Même si la montée n’est pas des plus faciles, des milliers de touristes viennent y passer quelques heures, probablement pour un 1ercontact avec la montagne. Nous longeons la Restonica déjà bien grosse et lorgnons sur les vasques potentielles une fois que nous aurons terminés la rando du Lombarduccio. Nous quittons le sentier balisé de jaune juste avant les bergeries de Mélo et suivons à présent une sente cairnée qui serpente pour nous faire gagner rapidement de l’altitude, en direction du Bocca di u chiostra. La sente passe tantôt à proximité du Riou de Cabelle, tantôt loin en fonction des obstacles naturelles. Nous devons faire preuve de vigilance car plusieurs traces cairnées existent. L’une d’elles nous fait franchir le riou, l’autre partir à l’opposé : que faire ? Nous hésitons longuement et c’est en lisant le terrain que nous prenons la décision de contourner la falaise qui nous fait face, sans traverser le riou. La brèche n’est en fait pas située dans le prolongement de l’arête du Lombarduccio mais un peu plus loin et la sente qui s’éloigne semble la meilleure pour la rejoindre, surtout que nous venons déjà d’effectuer un direct azimut dans un couloir un peu raide et bien végétalisé. Et le choix fut le bon. Nous arrivons au Bocca di u Chiostra battu par un vent violent. Nous nous arrêtons juste avant le passage du col pour nous couvrir et manger un morceau abrités. Superbe vue sur le Capitello et le lac de Goria (1852m). Au loin, le lac de Nino, la Paglia Orba et le Capu Tafunatu, le massif du Cinto et dans notre dos la Restonica. Le soleil éclaire encore partiellement le lac de Goria et monte progressivement pour éclairer une tente plantée au bord des rives du lac. Nous descendons un peu dans la pente et commençons une traversée qui oblique rapidement vers le sommet du Lombarduccio (2261m).

Lombarduccio (2261m)

Montée un peu pénible dans des éboulis instables. J’essaye de rejoindre la crête mais le vent est fort et il faut faire attention à ne pas perdre l’équilibre. Le somme est balayé par de grosses rafales mais la vue est splendide sur le Rotondo, la Manicia, le lac de Capitello et la vallée de la Restonica. Nouvel éclairage sur Nino, Cinto et Paglia Orba. Nous plongeons dans la descente côté opposé à notre arrivée en direction de la Brèche de Goria pour basculer côté Capitello. Descente raide et chaotique, surtout à proximité des brèches infranchissables. Nous ne passerons d’ailleurs même pas par la brèche officielle mais par une autre, tout aussi accessible. Le couloir descendant de la brèche de Goria est lui aussi bien raide et le sentier tend à s’effacer. Nous tirons direct azimut pour rejoindre le sentier montant au lac de Capitello (1930m) en passant à côté de quelques vaches perdues dans la pampa. Nous retrouvons aussi le flot de visiteurs ! Ce lac est profond d’une quarantaine de mètres et ses falaises granitiques tombent à pic dans le lac. Il est très impressionnant et ses eaux sont d’un bleu roi puissant. Nous prenons un peu de hauteur pour mieux l’observer, sans pour autant nous rendre à la brèche de Capitello. Un petit sommet fera l’affaire.

Lombarduccio (2261m)

Il est encore un peu tôt pour manger et décidons de descendre sur les rives du Lac de Mélo (1711m). Nous croisons une foule montre montant au lac ! Finie la tranquillité. Pour plus de calme, nous allons manger à l’écart de la masse, au sud du lac, en grimpant sur des dalles. La vue sur le lac et la brèche de Goria est splendide, tout comme les à-pic sur le Lombarduccio et le Capitello. Ce secteur est vraiment magique. Nous n’aurons cependant pas pu passer par les lacs de Renoso et par la Maniccia. Une course d’arêtes passe également dans le coin : déjà des idées pour de nouvelles randos… En descendant, nous passons devant le sorbier : il est toujours là avec ses baies rouges, au-dessus du lac. L’exutoire du lac est très occupé par les randonneurs. Certains arrivent à bout de souffle. Nous filons sans hésiter et dépassons et croisons beaucoup de monde. Heureusement, nous sommes rapides et pouvons couper de nombreux virages et dalles pour les doubler et croiser plus facilement. Ça bouchonne au niveau des 2 échelles. En bas, il ne reste qu’à dérouler sur le sentier pierreux. Juste avant les bergeries de Grottelle, nous suivant une sente dans le maquis raz pour dénicher une petite vasque tranquille : il y en a même plusieurs, en étage avec une petite cascade. Nous passons au moins 45min dans l’eau à flâner dans les 4 vasques étagés à chercher les meilleurs spots photos et reflets. L’eau n’est pas si fraiche que ça quand on cherche l’endroit où elle s’accumule derrières des blocs. Nous sommes bien et l’eau fraiche revigore nos jambes lourdes après 3 grosses journées montagne. Ce jour, nous avons encore grimpé 1300mD+ en à peine 13km et une rando d’environ 5h. Place à la route maintenant et 1h30 pour rejoindre la plage de l’Ostriconi.

Tag(s) : #Rando
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :