Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DOLOMITES - Via Toblin - Sentiers Innerkofler & des Forcelles

Lundi 8 aout 2016 – nous prévoyons un départ du refuge à 7h00 et nous levons à 6h15 alors que tout le refuge est encore endormi. Nous avons veillé à préparer nos sacs la veille au soir, comme toujours. Je prends des forces pour une longue journée en perspective avec l’enchainement de plusieurs sentiers. Finalement, nous avons choisi de redescendre directement en vallée ce soir et de ne pas rester une seconde nuit en refuge. Nous laissons des affaires au refuge Lavaredo que nous récupèrerons au retour, pour être plus légers et mieux progresser sur les via. Nous montons à la Forcella Lavaredo en à peine 20min. S’en suit ensuite une traversée à niveau, sous les falaises du Paterno pour rejoindre le refuge Locatelli baigné par les 1ers rayons du soleil. Il commence à y avoir une certaine agitation. Très belle vue sur les faces Nord des Tre Cime avec un éclairage inédit sur ces falaises abruptes.

DOLOMITES - Via Toblin - Sentiers Innerkofler & des Forcelles

Nous découvrons également 2 jolis petits lacs en contre-bas du refuge : les lacs dei Piani. Derrière un petit sommet situé juste derrière Locatelli, nous commençons à deviner le Torre di Toblin (2630m), qui est le 1er objectif de la journée : la via ferrata menant à son sommet. Nous passons devant une chapelle et les 1er panneaux indiquent le sentier à suivre pour se rendre au départ de la via ferrata. Nous longeons dans un 1er temps un enclos à vaches à flanc de montagne avant de changer de versant et nous retrouver à longer la paroi Ouest du Torre di Toblin. La via ferrata débute alors quelques mètres plus loin, au niveau d’une plaque commémorative pour les combattants de la guerres de 1915/1918. Cette via reprend pour partie l’itinéraire d’observation des italiens sur les vallées : à l’époque, les soldats ont littéralement annexés la montagne en équipant les sommets de câbles et échelles pour se dissimuler et disposer des meilleurs postes d’observation sur leurs adversaires. La via ferrata di Toblin est d’ailleurs un bon exemple puisque nous verrons encore en place quelques échelles en bois ruinés utilisées à l’époque. Aujourd’hui, elles sont remplacées par des échelles métalliques et des câbles tendus. Nous nous équipons juste avant la 1ère vire alors qu’un groupe de 5 italiens nous dépassent pour ensuite nous laisser entamer la via ferrata en 1ère position. Le sentier comprend environ 100mD+ sur une longueur de moins de 400m. Il nous faudra moins d’une heure pour déboucher au sommet, seuls. La via n’est pas particulièrement physique mais comprend de nombreuses successions d’échelles verticales. La ligne de vie passe parfois dans des failles étroites où le sac à dos racle un peu. Nous prenons plaisir et déboucher au sommet est un vrai régal avec une superbe vue sur les Tre Cime, le Paterno, le Cristallo et d’autres groupes des Dolomites, tous avec des formes caractéristiques : des falaises verticales, effilées sous lesquelles d’immenses pierriers s’étendent vers les vallées. Nous pouvons profiter quelques minutes seuls du panorama avant que nos successeurs arrivent à leur tour.

DOLOMITES - Via Toblin - Sentiers Innerkofler & des Forcelles

Il est alors temps de regagner Locatelli pour boucler cette via en à peine 2h. Nous descendons en suivant une ligne de vie entre les vires, facilement. Nous repartons aussi sec vers la Saucisse de Frankfort pour monter au sommet du Mont Paterno via le sentier Innerkofler : c’est une galerie d’environ 300m de long, creusée par les soldats durant la guerre pour gagner les hauteurs. Il y fait frais, c’est très humide et les marches font parfois plus de 50cm de haut ! Il y a aussi quelques étaies, pas très engageant. Nous pouvons apercevoir la vue de chaque côté de l’arrête au travers plusieurs lucarnes creusées. A la sortie de la galerie, il reste encore un peu de chemin avant de rejoindre la Forcella del Camoscio (2650m). Tantôt quelques pas d’escalade, tantôt des passages en vire pour y arriver facilement. Nous sommes à la jonction du sentier des brèches et du sentier menant au Mont Paterno que nous allons emprunter dans un 1er temps. Il est partiellement équipé dans la 1ère partie. Il reste moins de 100mD+ et quelques ressauts pour rallier le magnifique sommet à 2745m. Déjà de nombreux ferratistes en descendent. Ils ne sont que 5 au sommet, tant mieux, nous sommes au calme et pouvons profiter de la vue : splendide ! Les Tre Cime sous un nouvel angle, Torre di Toblin. Nous profitons longuement de la vue et amorçons la descente pour rejoindre la brèche quittée auparavant.

DOLOMITES - Via Toblin - Sentiers Innerkofler & des Forcelles

Nous croiserons beaucoup de ferratiers, une file presque ininterrompue que nous pourrons observer en suivant la suite de l’itinéraire : de nombreuses monta calla vers des brèches et une progression en vire équipée pour rester en sécurité. Il y a même une passerelle en bois qui en remplace une à la stabilité plus que douteuse. Les panoramas sont à couper le souffle sur les différents groupes des Dolomites. A un moment, nous croyons même nous être trompés de sentier, pourtant bien balisé grâce aux marques rouges et blanches. Mais, c’est en fait une brèche infranchissable autrement qu’en descendant dans un couloir étroit et pentu et de remonter de l’autre côté. Là, nous descendons tranquillement sur le sentier ramenant à Lavaredo, non sans descendre un pierrier impressionnant et long dans des pierres mouvantes. Nous prenons nos distances pour ne pas s’envoyer de pierres ou emporter l’autre en cas de chute, mais c’est bien des pierres de derrière nous qui nous dépassent. Une bonne descente dans les éboulis, c’est génial, ça glisse tout seul. En bas de cette pente, nous sommes dans un cirque immense fermé par le Paterno entre autre et la crête suivie avant la descente dans le pierrier.

DOLOMITES - Via Toblin - Sentiers Innerkofler & des Forcelles

. Le retour dans l’herbe est l’occasion de vider les chaussures des petits cailloux et aussi d’observer une marmotte bien craintive qui file se réfugier dans son terrier alors que je suis encore bien loin d’elle. Il faut ensuite remonter sur une large piste vers le col Lavaredo et son lac. Il fait chaud et la perspective d’arriver rapidement au refuge permet d’espérer de l’eau fraiche. Du col, c’est la bascule vers le refuge quitté le matin à 7h. Encore une foule monstre vers 14h. Nous récupérons nos affaires, refaisons les sac et rentrons à Auronzo où nous allons prendre un bus pour retourner à Misurina, où la voiture nous attend au parking du télésiège de Varda. La météo que nous consultons au refuge d’Auronzo n’est pas très optimiste pour la journée de demain, ni pour celle de mercredi. Nous allons devoir adapter les sorties en fonction. 2 bus montent à Auronzo, l’un qui part vers Dobbiacco et l’autre qui passe par Misurina (4€ le billet). Nous sommes contents de nous poser car la journée a été longue avec 7h de marche (13km et 1000mD+). Au fil de la descente et lors du passage de la barrière de péage, nous pouvons observer que le ciel se charge de gros nuages noires sur les Tre Cime ! Le temps changerait-il ? Le bus nous pose dès les premières rives du lac de Misurina. Nous sommes quitte pour le longer et rejoindre la voiture à l’intérieure de laquelle rien n’a pris chaud. Il y a même de l’humidité sur les bouteilles d’eau encore fraiches. Nous prenons ensuite la direction de Cortina d’Ampezzo. En entrant en ville, il y a un peu de queue, ça bouchonne car cette ville accueille beaucoup de tourisme. Nous nous mettons en quête de trouver du gaz pour le camping-gaz. La 1ère station n’en a pas, mais le pompiste m’indique que je peux en trouver à la Coopérative, le magasin au centre de la ville. Je laisse la voiture sur le trottoir et pars à pieds en ville. Je reviens avec du gaz après 45minet un arrêt à l’OT pour me renseigner sur la localisation du magasin. Un monde fou, des boutiques de sport partout. Un petit air de Chamonix mais en moins huppée quand même. Nous arrivons au camping Olympia, un 3* à proximité d’une partie des anciennes installations des Jeux Olympiques de 1956. Le camping n’est pas loin d’être plein.

Tag(s) : #Rando Alpes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :