Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Sanguineirette (2856m)

Samedi 23 janvier 2016 – la neige n’est pas tombée depuis 15j déjà et le froid polaire de la semaine précédente cède la place à un soleil presque de plomb. Combien de temps pourrons-nous profiter de la montagne hivernale ?! Ce week-end au moins encore une fois. Direction la Haute Vallée du Var et le secteur d’Estenc, comme chaque année pour 2j de rando. Là au moins, il y a un peu plus de neige que dans la zone centrale du Mercantour. 2h de route sont nécessaires pour atteindre le terminus de la route de la Cayolle à 1911m d’altitude où la douceur règne. Dès le départ, nous pouvons cibler l’objectif du jour : le Sanguinereitte (2856m), petit rognon rocheux d’où nous nous trouvons. Nous suivons quelques minutes (le temps de s’échauffer) la 202 faiblement enneigé avant de nous de remonter le sentier le long du torrent de Sanguinière jusqu’aux cabanes du même nom (2049m) où le soleil fait son apparition sur le manteau neigeux immaculé et la plaine entre Gipière, Gorgias et Cartairet.

Le Sanguineirette (2856m)

Nous poursuivons jusqu’à la cote altimétrique 2070 où nous obliquons plein Est vers le circuit du Col de la Roche Trouée. Nous remontons un vallon largement enneigé, accumulation de neige soufflée des crêtes. La montée se poursuit au cap jusqu’à atteindre les falaises de la Pointe du Trou de l’Ane. Là, nous prenons plein nord et devons gravir un 1er ressaut qui nous mène dans la Combe de Cartairet. Nous nous retrouvons dans un cirque aux bonnes dimensions fermé au Nord-Ouest par la Cime de Cartairet, au Nord par le Sanguineirette et au Sud-Est par la Pointe du Trou de l’Ane. Là, nous n’avons plus qu’à suivre le cheminement naturel où la pente est moindre, le long d’un petit talweg qui nous mène au pied d’une portion assez raide, se terminant à la Baisse du Gias Vieux (~2700m). La pente se raidit, le groupe s’étire et je remonte aisément la fil pour gagner dans les 1ère position le col d’où une superbe vue nous attend avec à peine de vent. Derrière nous, la vaste combe de Cartairet s’étend à nos pieds. La Pointe de la Côte de l’Ane, la montagne de l’Estrop, Roche Grande et plus loin les Aiguilles de Pelens, la Tête de la Fréma. Au nord, c’est la Tête de Sanguinière et celle du Petit Valoar et la Serre de la Braissa.

Le Sanguineirette (2856m)

Il nous reste alors environ 150m D+ pour rejoindre le sommet de la Sanguineirette via la crête. Celle-ci semble soufflée et dégarnie de neige. Nous décidons de garder encore un peu les raquettes jusqu’à rencontrer soit trop de pierres soit de la glace. Et quelques minutes plus tard, il y a trop peu de neige pour poursuivre en raquettes. Nous les laissons et poursuivons en grosses vers le sommet. Les rares endroits où il y a de la neige, elle est souvent dure et nous devons tailler quelques marches. Sinon, ce n’est que rocher. Il y a quelques passages intéressants nécessitant de mettre les mains pour rejoindre le sommet. Quel panorama : le secteur de la Cayolle et du Pelat, Cimet, Ventabrun, Bonette, Viso, le Chambeyron et plus loin les Ecrins et l’Argentera/Mercantour. Derrière le Trou de l’Ane, on devine même le Mounier.Nous sommes bien ici, mais il faut déjà penser à rentrer. Nous emprunterons le même itinéraire en passant largement dans la poudreuse dans les vallons de la forêt. Belle rando d’environ 12km et 900mD+, largement ensoleillée. Direction ensuite le Gîte Ferran pour une bonne soirée en montagne : nuit étoilée et douceur.

Tag(s) : #Rando Raquettes, #Rando Alpes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :