Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ventoux boucle Sud

Vendredi 27 novembre 2015 – une semaine que l’hiver tente une arrivée en force : mistral et pluie ajouté à une chute du thermomètre. Le Mont Ventoux se part de blancs. Léger saupoudrage sur le sommet visible depuis la plaine. Je charge donc les baskets et file en direction du versant Sud, ensoleillé aujourd’hui avec une accalmie du mistral sur le Géant de Provence. Et pourtant que le vent souffle ce matin encore sur les alentours d’Avignon. La DDE annonce à Bédoin que le col est fermé à la circulation, accès possible jusqu’à Chalet Reynard. Je n’irai pas jusque-là et m’arrêterai aux ruines de Jas des Melettes (1143m) : 2°C au thermomètre de la voiture ; pas de vent et le soleil qui perce déjà à travers la forêt dégarnie. Je pars vers l’Ouest sur le GR91B ; la piste est large ; ça craque sous les pieds (sol et pierres gelés). Je suis content d’être au soleil pour débuter, ce qui me permet de me chauffer sans avoir à lutter contre le froid. Je laisse sur ma droite quelques vallons remontant et vais en descendant progressivement. Je peux avoir quelques vues sur l’antenne sommitale et le sommet pelé, notamment à proximité d’une bergerie. La forêt est belle avec ces feuilles au sol et le givre un peu partout. Dans la cédraie, je rate la trace du GR sur la droite vers Jas de Serres et descends trop. Je décide alors de remonter plein Nord sur une piste d’exploitation forestière. Là, à Reillas, je retrouve le GR qui se transforme alors en monotrace très sympathique à parcourir ! Je serpente entre les arbres et joue avec les pierres au sol. Passage devant Jas du Mourre et Jas de la Couanche, où je commence à entrer à l’étage où les arbres se raréfient, ce qui permet d’apercevoir encore un peu plus le sommet qui se rapproche.

Ventoux boucle Sud

Le monotrace est sympa, surtout en montée à présent Peu après la Couanche, je bifurque à droite, plein Nord (1143m) pour gagner le sommet via la Combe Fiole. Celle-ci est encaissée : la température chute un peu dès que je me retrouve à l’ombre avec une pointe de vent descendant en plus. Le sol est à nouveau gelé et des résidus de neige de nouveau présent. Les bords de la combe sont assez raide et le chemin aussi, ce qui m’empêche de courir la plupart du temps. Je relance dès que je le peux, mais jamais pour très longtemps. Le paysage est splendide car je prends rapidement de l’altitude jusqu’à déboucher sur la piste à 1518m. Derrière moi, la mer, l’étang de Berre, les collines aixoises et surtout les Alpilles. Les flancs du Ventoux sont parfois saupoudrés de neige, soufflée par le puissant vent du Nord. Quelques hectomètres de piste où je peux enfin courir avant la dernière portion de montée via Jas des Pèlerins. Là, en sous-bois, il y a un peu de neige mêlée aux feuilles tombées. Je sors des bois vers 1600m. Il reste alors 300m. Je suis au soleil et à ma grande surprise, il n’y a pas de neige sur ce beau versant Sud. Seules quelques plaques de-ci de-là, accumulée par le souffle du vent derrière la végétation rase. Le sommet semble lui aussi dépourvu de neige ! Et pourtant, en cherchant bien, je devine quelques sapins qui semblent blancs, les bords de la route aussi, tout comme une portion du sentier. Ce sont des congères. Les sapins goutent : la glace élancée fond à vue d’œil car le soleil est chaud.

Ventoux boucle Sud

Tout un pan de la montagne est ainsi nettement blanchi alors que plus loin, rien ! Surprenant contraste du au vent capricieux. J’arrive enfin à la Chapelle Ste-Croix d’où je profite de la vue sur les installations sommitales avant de caler vers le radar (1832m). Que j’aime cette vue sur le versant Nord. Au loin, les Ecrins sont totalement recouvert de neige. Je repars en direction du sommet. La route est recouverte d’une pellicule de neige givrée, tout comme la rambarde de sécurité. Personne au sommet à l’exception d’un véhicule des employés de l’antenne qui redescend. La borne kilométrique me sert de décor et je plonge vers le Col des Tempêtes. Pas un brin de vent : on est bien ici. Je me suis quand même couvert un peu à l’approche du sommet, mais très vite, sur la crête en direction de la Tête de la Grave, je me dépoile car la température remonte vite. La vue dans mon dos est magnifique avec quelques traces diffuses de blanc. Ce côté-là est bien peu enneigé. Je cale direct sur Chalet Reynard en suivant une piste de ski et m’engage dans le vallon des Pointes pour boucler la sortie en 3h15’ (22km/1160mD+). Bien content de ma journée dans cette ambiance hivernale du Ventoux que je ne connaissais pas. A renouveler.

Tag(s) : #Rando'Trail
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :