Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tête de Villadel (2728m)

Samedi 4 avril 2015 – Rendez-vous était donné au petit parking sous le Col de Larche pour 3j de raquettes en haute vallée de l’Ubaye. De retour à cette même période de l’année un an après, avec un temps on l’espère meilleur. Levé de soleil sur les sommets du Val de Durance, puis la pluie sur Barcelonnette et Jausiers, mais plus je montais sur le Col de Larche plus le temps semblait aller à l’amélioration. Nous nous rejoignons au parking du Vallon de l’Orrenaye (1948m) et nous équipons sous le soleil. Direction la Tête de Villadel (2728m). La montée est tranquille en longeant le petit torrent qui se dégage déjà de sa gage de neige. Certains flancs de la montagne sont déjà même presque libre de manteau neigeux et quelques petits crocus violets sortent de terre, malgré un petit saupoudrage la nuit précédente. Le sentier rejoint le large Vallon de l’Orrenaye en passant entre la Tête des Blaves et le Bec du Lièvre. Cela fait un bien fou de se retrouver ainsi, avec ses collègues et à crapahuter dans ces belles montagnes des Alpes du Sud. En plus, le soleil (malgré quelques nuages) est avec nous. En file indienne, nous rejoignons le vallon de l’Orrenaye : la vue est pour l’heure barré par 2 belles aiguilles, l’Aiguille Jean Coste et celles homonyme au vallon.

Tête de Villadel (2728m)

Puis sur notre droite, se dresse tout à coup la majestueuse Tête de Moïse (3104m). Nous sommes si proche d’elle que sa masse nous masque une partie du paysage. Puis au niveau d’un vieux pluviomètre, nous tirons droit vers la Tête de Villadel. Elle est encore masquée, notamment par la Tête de Platasse (2706m). Mais, devant nous, un col corniché se dresse : le Col du Bœuf (2631m). Passera-t-on par là ? Ou l’évitera-t-on ? Mais vu la corniche fermant l’accès au col, c’est certain que nous changerons de cap avant de l’atteindre. Plus nous montons plus la vue se dégage sur les Aiguilles Jean Coste et de l’Orrenaye et sur la Tête de Moïse. Et au sud, c’est le beau Vallon du Lauzanier qui se dévoile. Au fond, Parassac. Nous sommes à présent sous un mur d’environ 120mD+, mur menant à la crête entre la Tête de Platasse et la Tête de Villadel. Il faut fournir un dernier effort avant de jouir d’une superbe vue panoramique. On parvient même à apercevoir la Tête de l’Enchastraye, majestueuse pyramide blanche. Les crêtes marquant la limite entre 06 et 04 sont aussi visibles vers le Pas de la Cavalle et les sommets de la Tête Pelouse & co. La crête est assez étroite et ventée, mais se rendre à la croix sommitale à 2728m est un régal pour les yeux avec tous ces beaux sommets italiens qui commence du côté e la Tête de Sautron. Juste à côté, c’est la belle Meyna et la Tête de Viraysse (et sa batterie). Une belle pyramide se dresse : le Monte Chersogno. On devrait apercevoir le Viso dans l’alignement du sommet, mais la couverture nuageuse empêche toute vison assez lointaine. On n’aperçoit même pas le Brec de Chambeyron. Dommage, même si la vue est quand même superbe, notamment sur les arêtes menant aux aiguilles voisines.

Tête de Villadel (2728m)

Nous ferons l’itinéraire retour par la même voie, sans aucune difficulté si ce n’est une forte chaleur due à la réverbération des rayons du soleil sur le sol neigeux. Chaque occasion est bonne pour admirer le paysage et apercevoir une harde de chamois en train de brouter de l’herbe sur les contre forts du Bec du Lièvre. Une fois de retour au parking, il ne reste plus qu’à filer vers Maljasset où nous attend le refuge CAF, où nous serons basés pour les 2 prochaines nuits, après ce petit hors-d’œuvre de 8.5km (800mD+). Nous rayonnerons depuis le hameau dimanche et lundi. L’accueil y est chaleureux et le repas de 1er ordre : une bonne polenta pour recharger les bateries et se préparer à la longue marche du lendemain vers le Bric de Rubren.

Tag(s) : #Rando Raquettes, #Rando Alpes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :