Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Colle di Puriac 2506m

Dimanche 26 avril 2015 – Course ambitieuse aujourd’hui au vue du temps annoncé par la météo pour ce dimanche : couvert et pluie l’après-midi avec vent en crêtes et un iso0°C à moins de 2500m. Mais décision est prise de maintenir la rando vers le Pl Brun (2795m) et le Mont Aiga (2832m). Advienne que pourra et nous verrons en fonction du temps et des conditions du jour. Nous démarrons sur le petit parking du Pra (1670m), au-dessus des quelques habitations situées au fond du torrent de la Tinée, aux eaux vives, grossies par le torrent de Salso Moreno que nous allons remonter par le sentier menant au grand Vallon de Salso Moreno. Ce matin, l’ambiance est humide, avec un plafond nuageux bien bas : les sommets sont pris dans une belle épaisseur de brume. Nous remontons donc le torrent de Salso Moreno d’abord en rive droite : les flancs sont très raides entre Mont des Fourches et Crêtes des Terres Rouges. Une belle étendue de coucous au sol sur le talus, en contre-haut de l’ancien pont enjambant le torrent. Sur les rares mélèzes présents, de jeunes pousses vertes commencent à sortir, signe que le printemps est là. Pas de traces de neige, si ce n’est en levant bien haut la tête sur les Crêtes de la Blanche qui jouent à cache-cache avec les nuages passant. On aperçoit même un rhododendron en fleurs ! Nous passons en rive gauche en traversant le torrent à gué, en jouant aux équilibristes sur les pierres glissantes, les rives du torrent étant tapissées de dépôts de marnes noires. Nous avons alors face à nous un beau petit ressaut à franchir. Le sentier serpente alors comme il faut pour ne pas trop ressentir la pente. J’en profite pour admirer les fleurs alentours, comme de jolies petites anémones blanches et du myosotis.

Colle di Puriac 2506m

Que le printemps est proche en montagne aujourd’hui, malgré la grisaille du ciel. Parmi tout ce joli parterre, jevois même une petite anémone bleue sans col. Premier névé au niveau du Pas de la Croix Blanche, à environ 2000m d’altitude. Face à nous alors, le toujours sublime spectacle de Salso Moreno ! Nous avons d’abord une vue sur le Ravin de la Tour descendant des Roubines Nègres, cet empilement de marnes noires sous les Crêtes de la Tour (Bonnet Carré, Castel de la Tour). Vue furtive sur le Col des Fourches (2261m) avant de découvrir main droite l’immense Vallon de Salso Moreno composé de nombreuses ravines comme le Vallon de la Gipière remontant au Pas de la Cavalle. Nous suivons alors la direction N40°E, en direction du Colde Pouriac (2506m) Nous devons alors slalomer entre les névés encore présents à cette faible altitude et les franchissements de torrents jusqu’à nous retrouver sur le sentier été. Même si le temps n’est pas très agréable avec tous ces nuages, ce vallon que je découvre pour la 1ère en neige est superbe, avec ces névés disséminés sur le sol. On a comme l’impression d’une peau tigrée. L’enneigement devient continue aux alentours de 2250m, à peine plus de 200mD+ avant de rejoindre le Col de Pouriac.

Colle di Puriac 2506m

Nous traversons un autre vallon, celui du Graillon : une large zone où de nombreux blocs sont disséminés. La neige est très lourde, pleine de l’eau récemment tombée. Plus nous nous rapprochons du col, plus la visibilité baisse car nous entrons dans le nuage. Juste avant le col, nous devons contourner par la gauche une doline assez profonde, qui accueille un lac en été ; le flanc droit étant trop raide et en dévers. Lorsque nous arrivons au col, nous sommes cueillis par un vent puissant et glacial, nous obligeant à passer des couches supplémentaires. La vue est réduite à néant : point d’Enchastraye ni de Val Ferrière et encore moins de sommets de la haute vallée de l’Ubaye (Tête de Moïse)… La neige semble en plus bien cornichée là-haut. Nous décidons donc de rebrousser chemin et de tenter une petite bouche vers le Vallon de la Cabane, oùnous mangerons un bout à la-dite cabane (2174m). Le grésille tombe : nous nous pressons pour rentrer en suivant une belle croupe qui nous ramène directement au Pas de la Croix Blanche. Un champ de gentianes et des anémones pulsatiles, des marmottes et un beau glissement, tout en ayant une vue panoramique sur Salso Moreno. Les Roubines Noires sont de moins en moins visibles, mais au moins, il ne neige ni ne pleut. Lorsque nous retombons dans le long du torrent de Salso Moreno, la luminosité est meilleure et ce vallon s’éclaire mieux : magnifique ! Une harde de bouquetins nous accueille plus bas, certains jeunes de l’année sont même bien téméraires et nous épient d’un œil curieux. Belle petite balade dominicale d’environ 14km (900mD+) avec de beaux paysages typiquement islandais… en attendant le retour du soleil sur les Alpes d’Azur pour profiter encore un peu de la neige en altitude sur nos beaux sommets !

Tag(s) : #Rando Raquettes, #Rando Alpes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :