Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cime de l'Agnel 2927m

Dimanche 12 avril 2015 – c’est le printemps depuis déjà une dizaine de jours sur les Alpes du Sud. L’occasion, quand le temps est au beau fixe d’envisager des randos raquettes typées alpines, et aujourd’hui c’est la Cime de l’Agnel (2927m) que nous allons tenter de rallier depuis le Boréon. Il n’en fallait pas moins pour me décider à renter sur Nice pour participer à cette belle course vers un sommet que j’apprécie particulièrement. Premier point positif de la journée : le lieu de départ. Nous pouvons en effet nous garer au niveau des Vacheries du Boréon (1630m) et ainsi éviter la longue piste entre le centre du Boréon et les vacheries. Malgré l’interdiction d’emprunter la route (barrière de dégel jusqu’au 30/04), nous passons entre les barrières et gagnons un temps précieux dans notre course contre la montre face à la transformation de la neige par le soleil. 8h passé de quelques minutes, nous partons en direction du Refuge de Cougourde via le Chalet Vidron et le Pont de Peïrastrèche. Il y a très peu de neige sous la barre des 1900m, tout juste quelques accumulations de-ci de-là. Au fil de la montée les accumulations se font de plus en plus importantes, toujours gelées et la vue sur les sommets de la Haute Vallée du Boréon commence à se dégager. C’est ainsi que Gaisses et Cougourde apparaissent petit à petit, jusqu’à sortir de la forêt où le panorama est fantastique : sous le ciel d’un bleu azur, se dressent les Caïres de Cougourde et de l’Agnel, les Cimes de l’Agnel et des Gaisses. Derrière un beau ressaut complètement enneigé, on devine le plat du Refuge de Cougourde. La neige gelée nous permet de monter sans avoir recourt aux raquettes Tout juste faut-il tailler des marches là où la pente est la plus forte, mais ce n’est qu’un jeu d’enfant. Nous prenons une petite pause au niveau du Refuge de Cougourde (2100m). Derrière lui, la Cime IV de la Cougourde (2892m) s’est bien rapprochée. Nous apercevons même la Cime de l’Agnel, toute petite, et juste le sommet rocailleux entre 2 petits mamelons.

Cime de l'Agnel 2927m

L’étape suivante consiste à franchir le ressaut donnant accès au Lac des Sagnes (2198m) pour découvrir un lac encore complètement invisible. L’enneigement devient bon, même excellent. Nous continuons notre progression sur une neige toujours gelée et dépassons le Lac des Sagnes. Plein Nord, le Vallon de Malaribe semble extrêmement raide : c’est sûrement par-là que nous redescendrons… Pour réaliser une belle boucle. Pour l’heure, direction le torrent de la Valette Escure et ses pentes aussi prononcées. C’est pourquoi nous passons nos crampons et que nous montons directement le long du torrent, petits pas après petits pas, tant la pente est forte. Vers 2400m, la pente s’adoucit et nous pouvons reprendre notre souffle avant la dernire partie, elle aussi sans répis. Nous sommes juste sous le Caïre de l’Agnel (2937m). Au bout du Vallon de la Valette Escure, c’est le col et la cime homonymes et par-delà le Collet des Bessons (2647m), on voit le sommet de la Tête de la Ruine (2984m). En contre haut du torrent descendant du Lac de l’Agnel, une pente un peu raide à subit quelques purges naturelles, formant par endroit de beaux petit escargots avec en toile de fond le majestueux Mt Pélago (2768m). L’arrivée au Lac de l’Agnel (2645m) donne également de belles vues sur les Cimes de l’Agnellière (2700m) et de Juisse (2580m).

Cime de l'Agnel 2927m

Il reste alors moins de 300mD+ avant d’atteindre le sommet de l’Agnel (2927m). Nous prenons alors conscience que nous allons parvenir là-haut, sur le sommet qui se dresse au Nord du lac. Toutes les conditions sont réunies : soleil, pas de vent, neige qui porte encore très bien avec nos crampons aux pieds, et surtout une troupe bien motivée pour sortir le sommet. Nous contournons une croupe pour déboucher dans le haut vallon du Malaribe. Là, face à nous, les 4 cimes des Caïres de Cougourde. Encore un petit effort et c’est le beau Gélas, splendide depuis ses 3143m. Les 100 derniers mètres d’ascension sont rudes avec la longueur de la montée et la pente qui ne nous épargne pas, mais quel plaisir que d’arriver là-haut, à 2927m. Nous profitons largement du panorama sur l’Argentera (Nasta, Brocan & co), la Ruine, le Guilié, le Gélas, les Cougourde, Juisse, Agnellière, Pélago… Et j’en passe.

Cime de l'Agnel 2927m

Depuis l’Agnel, la vue est magnifique, d’autant que le soleil est à son zénith, pas de vent, juste le plaisir d’être là et d’admirer ses montagnes que j’aime tant. Pour la redescente, nous tirons droit sur le Vallon de Malaribe, avec en ligne de mire le refuge de Cougourde. Une bonne session direct azimut dans la neige qui commence à mollir. Parvenu au niveau Lac des Sagnes, sous un soleil de plomb, nous chaussons « enfin » les raquettes, ce qui nous soulage bien pour mieux marcher dans la neige de printemps. Nous sommes accueillis par quelques bouquetins au refuge de Cougourde. Il reste alors à négocier la fin de descente, très piégeuse, vers les vacheries du Boréon. Les raquettes et les crampons ont déjà retrouvés leurs places sur le sac à dos. Il faut alors jouer de chance pour ne pas s’enfoncer dans un trou de neige et surtout éviter les chutes malheureuses. Une fois en bas, une foule d’anecdotes après cette formidable journée, où nous aurons parcourus 15km et 1300mD+.

Tag(s) : #Rando Raquettes, #Rando Alpes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :