Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aven de l'Air Chaud (129-C5)

Samedi 7 février 2015 – l’exploration de l’Aven de l’Air Chaud (129-C5) était prévue de longue date, mais les fortes précipitations du mois de novembre dernier nous ont contraint à repousser sa visite : la sécurité avant tout. Rdv à 8h30 à St-Vallier où notre joyeuse petite troupe se rassemble avant de se diriger vers le trou sur le plateau de St-Vallier-de-Thiey. Nous suivons une piste d’exploitation forestière à travers bois et descendons dans une doline où s’ouvre la cavité, fermée par un hayon d’une vieille Peugeot. Nous nous changeons dans la bonne humeur et les bonnes vannes : la journée sera bien animée. 10h30, les 1er entrent sous terre pour débuter l’équipement de la cavité : 3 kits de cordes sont nécessaire pour rejoindre le collecteur à plus de 200m sous la surface. L’entrée est étroite et boueuse. Une 1ère étroiture nous met en condition : ramping sur quelques mètres avant d’arriver sur 2 ressauts de 4 et 7m. Là, nouveau boyau, plus long cette fois, et très étroit à -18m. Il faut se contorsionner entre les parois très proches et les flaques d’eau sur le sol. C’est ce passage qui peut être critique après de fortes précipitations. Un 1er puit et la cavité commence à prendre de l’ampleur, déjà de beaux volumes. P6, progression dans un méandre actif assez étroit par endroit où le kit devient vite encombrant, P4, méandre et ainsi de suite. On alterne les petits puits (le plus grand faisant 22m) et les passages de méandre tortueux. Une progression jamais trop difficile avec parfois de petits ressauts à désescalader ou escalader. C’est très plaisant, pas technique et on a l’impression de vraiment bien progresser dans un décor sublime : de belles petites draperies, concrétions en choux-fleurs, quelques excentriques et l’eau, car nous suivons l’actif très souvent dans les méandres accidentés.

Aven de l'Air Chaud (129-C5)

Puis après une remontée sur corde et un P13, nous arrivons à la salle des Pirates : la plus grande salle des Alpes-Maritimes, de 100m de haut sur 25m de large. Un seul mot : immense. Ce qui impressionne encore plus, ce sont les blocs, partout et de la taille d’un petit immeuble pour l’un d’entre eux ! Cette salle est en fait une immense trémie. Nous avons l’impression de progresser dans un pierrier du Mercantour à plus de 2500m alors que nous sommes en réalité à -180m environ. De petits cairns jalonnent d’ailleurs le meilleur itinéraire pour rejoindre le bas de la pente ébouleuse et se retrouver dans l’actif, occupé par une rivière souterraine. Là, c’est parti pour 700m de pur bonheur ! On remonte sur cette distance une rivière souterraine qui coule dans un collecteur au dimension de folie : une section de 10m, parfois plus. Des vasques à gogo, parfois profonde. Et là, le jeu est de ne passe mouiller plus que les chevilles pour certains en jouant aux chamois sur les bordures où l’eau y est moins profonde. Nous préférons alors directement marcher dans l’eau. En regardant bien où nous marchons, nous ne dépassons pas le bassin. Et avec la progression, il ne fait pas froid, tant que le haut du corps reste au sec. En tout cas, c’est magnifique. On ne serait pas à -210m, avec une température de l’eau à 12/13°, je me baignerai bien, comme en Corse… Nous stoppons la progression sur une trémie, la trémie des frileux. 2 options, soit s’immerger complètement pour la franchir ou alors débusque un passage à 3m de haut qui passe au-dessus. Nous en resterons là pour aujourd’hui et commençons alors la remontée.

Aven de l'Air Chaud (129-C5)

Une fois bien humides, plus de scrupules à marcher dans les vasques. Les premiers, méandres et petites escalades s’enchainent bien jusqu’au moment où une glissade stoppe l’élan du groupe. Nous craignons une fracture de la cheville, ça ne sera qu’une bonne entorse et un bras douloureux. Il reste encore la moitié des puits à remonter et des rampings assez difficile à effacer : quel courage ! Chapeau… Nous sortons sous les étoiles après une petite erreur à chercher l’entrée au plafond du dernier ramping. On se change et se sèche dans la fraicheur ambiante avant de regagner les véhicules après cette belle explo d’environ 9h30 sous terre : pas de doute, un must dans le département. A présent, place au repos et au soin avant d'enchainer sur d'autres aventures sous le soleil cette fois...

Tag(s) : #Spéléo
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :