Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mont Ventoux - Versant sud

Samedi 10 janvier 2015 – allez, c’est dit. La météo prévoit un beau soleil et des températures printanières sur la Provence. Pas de mistral sur le Ventoux. Il est attendu pour dimanche. Je me lance donc à l’assaut du Géant de Provence uniquement armé de mes baskets, d’un kway, d’un litre et demi d’eau et quelques barres. Je n’oublie pas de glisser mes gants et mon bonnet car je sais que là-haut, à 1900m, il y aura du vent. Sans oublier une carte de ma course : nouvel endroit que je ne connais pas, mieux vaut être prudent. Je quitte le petit village de Flassan (448m) encore endormi par ce samedi matin avec une température de 13°C. Pas un nuage à l’horizon. Les derniers restés accrochés sur le sommet du Ventoux viennent de se dissiper. Départ poussif je trouve, sur la route qui sort de Flassan vers le Nord, sur le GR91. Est-ce annonciateur d’une longue, très longue journée où est-ce du à la pente qui pour démarrer ne m’épargne pas. J’y vais molo : j’ai environ 31km à faire et presque 1600mD+ avant d’atteindre le sommet. Il faudra ensuite revenir au point de départ… J’estime à environ 3h de montée pour les 16 premiers kilomètres et moins de 2h pour avaler la descente, selon le rythme que j’arriverai à mettre.

Mont Ventoux - Versant sud

Je quitte rapidement le GR pour remonter la Combe de Canaud : un large sentier avec quelques pierres par-ci par-là entouré par de petites falaises. Il fait un peu frais, mais je me réchauffe bien vite et tombe la veste, les gants et le bonnet. C’est l’hiver et le soleil, même s’il est beau, met du temps à monter. Je ne verrai pas beaucoup le soleil sur le sentier, surtout que toute la première partie de l’itinéraire me fait emprunter de larges ravines : de petites falaises entourent toujours le sentier le long de la Combe de Canaud puis de la Combe de la Fontaine d’Angiou. Là, je peux soit reprendre le GR et monter à Chalet Reynard ou tirer toujours tout droit vers le Col de la Frache, qui se rapproche. Me voilà dans la Combe Brune. Toujours peu de vue alentour car je suis dans une belle forêt de chênes qui laisse peu à peu la place à ces pins. C’est en traversant la route du Ventoux que la pente se redresse : un mur devant moi. Mais où est le sentier ?! Pas à chercher longtemps sous l’épais tapis de feuilles au sol car je devine le sentier entre les arbres, tout droit dans la pente. Je serais vite au Col de la Frache : 200mD+ à gagner en peu de temps. Je sors 500m à l’Ouest du Pas de la Frache. 1600m. Il me reste 300mD+ et 3.5km avant d’atteindre le sommet du Mont Ventoux (1911m) comme l’indique les panneaux. Enfin la vue est de la partie, sur le Lubéron au Sud, le flanc sud et derrière la crête, tout le flanc Nord se dévoile, sous une très belle forêt et un relief semble-t-il assez perturbé. J’aperçois même les sommets alpins : surement les Ecrins, plus proches. Je repasse le kway et les gants, car dès que je me rapproche du vide, je suis saisis par un vent glacial et extra puissant : le mistral… Heureusement, le sentier est un peu décallé par rapport à la ligne de crête. Je dépasse la Tête de la Grave et enchaine quelques montées et descente sur une large piste recouverte de pierres roulantes. Pas facile de progresser. Mais j’avance. Ce n’est rien comparé au moment où j’arrive sur une grande plate-forme avant le Col des Tempêtes (1829m). Là, le sentier passe proche de la crête et je suis repoussé à bonne distance de celle-ci. Je suis courbé ! Progression encore plus hardue. Je fais très attention à ne pas me blesser aux chevilles avec des appuis fuyants. La montée finale vers l’antenne symbolique est elle aussi compliquée à cause de ce vent. Je préfère la jouer un peu en dehors du sentier, à bonne distance de la crête. Enfin, j’arrive sur la route. Il ne me reste que quelques mètres avant de voir le panneau et la borne marquant le sommet du Géant de Provence. 2h30 de montée pour 16km ! Bonne moyenne.

Mont Ventoux - Versant sud

Je file vers la Chapelle Ste-Croix où je m’accorde une petite pause pour me restaurer avant la longue descente. La première partie est assez cassante sur un petit single, bien zigzagante. Je rejoins la ferme des Pélerins et file ensuite vers la longue Combe Fiole : une large ravine, beaucoup de pierres, des feuilles et soleil de face. Je dépasse le Rocher de l’Aiguille et remonte ensuite vers le Jas de la Couanche : une belle bergerie dans une petite clairière, paisible. Direction ensuite la plantation de cèdres de Bédoin. Là, le sentier se transforme en piste, plus roulante mais avec parfois quelques pierres mal placées. Ca commence un peu à tirer dans les jambes, surtout avec toutes ces pierres, et la douceur ambiante. Le t-shirt et le short auraient pu être de mise pour la partie basse. J’arrive ensuite à St-Estève où une petite côte me surprend, avant de replonger sur Flassan. 1h30 à la descente, sans trop envoyer car la topo n’était pas évidente. Bonne sortie pour un 10 janvier, avec 31km. Un peu déçu par les sentiers, pas du tout techniques. Mais comment pourrait-il en être autrement ?! Quand on voit que sur le Ventoux, seuls les cailloux poussent !

Tag(s) : #Rando'Trail
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :