Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Col Mercière (2343m)

Dimanche 14 décembre 2014 – pas de chance en cette fin d’année 2014. Après un mois de novembre très pluvieux, celle-ci continue à tomber avec abondance sur notre département. La semaine dernière, une bonne couche de poudreuse alliée au vent avait ralentie notre progression. Cette semaine, c’est la pluie et la neige en altitude. Il fait doux, l’isotherme 0°C est très haut et la neige a bien régressé sur le haut pays. Nous devions initialement allé à Salèse, mais comme il pleut sur la côte et que les prévisions sont sommes toute assez pessimistes, nous décidons après de longues minutes de conciliabules de nous rendre à Isola 2000, pour passer la barre de l’iso 0. La Tinée laisse voir de nombreux bancs de nuages bas accrochés sur les flancs des montagnes et en montant vers la station, le paysage se part progressivement de blanc, même si la pluie tombe toujours. Ce n’est qu’assez haut, à peine à quelques kilomètres d’Isola 2000 que la pluie se transforme en neige. Ouf, au moins, la neige mouille moins que la pluie. Nous allons donc tenter de sortir quand même un peu, même si nous ne donnons pas cher de nos chances de réussite : le plafond est bas, c’est un jour blanc et le manteau n’est pas encore stabilisé. Beaucoup de paramètres qui nous incitent à la prudence, car il faut éviter les pentes raides et les passages sous les falaises afin de limiter au max le risque de déclencher des avalanches. Nous commençons par traverser les pistes de la station où dévalent les 1ers skieurs de la journée.

Col Mercière (2343m)

Direction le Gours de la Peur, cet immense chaos granitique, aujourd’hui masqué par une belle épaisseur de neige. Là, nous traversons un petit cours d’eau à gué grâce à la passerelle un peu détruite. Nous remontons ensuite un petit vallon dont les flancs sont constellés de quelques mélèzes et épicéas bien saupoudrés de neige. C’est très joli, même si la vue ne porte pas très loin. Nous devions à peine le verrou des Lacs de Terre Rouge et rien des sommets, ni même le Col Mercière dont nous sommes pourtant si proches. Malgré la neige, nous distinguons encore quelques gros blocs recouverts de plusieurs couches de neige bien distincte. Il y a aussi beaucoup de trous dans la neige. Le sol encore chaud et les circulations d’eau fond fondre la neige par le dessous et nous piègent, parfois même jusqu’au cou ! Nous arrivons enfin au col, bien abrité par les contreforts de la Tête Mercière (à peine 200mD+ plus haut). Nous dépassons la casemate ruinée et allons sur le versant sud où nous prenons le vent la neige un peu plus fort. Nous décidons d’arrêter là et d’amorcer le chemin du retour. Au compteur 300mD+ et à peine 1h30 de marche. Reste la descente dans laquelle nous tirons quand même droit dans la poudreuse, en ayant quand même conscience que si une plaque part, nous sommes tous dedans. Nous profitons du paysage autour de nous et rentrons assez tôt à la voiture où la pluie reprend le pas sur la neige. Une journée qui aura au moins eu le mérite de nous faire sortir, un peu.

Tag(s) : #Rando Alpes, #Rando Raquettes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :