Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Trompe Bézaudun

Dimanche 9 novembre 2014 – les uns vont aux champignons (avec de belles promesses d’une grosse récolte de sanguins), les autres sont à Explorimages, nous allons à Bézaudun finir une partie de l’exploration de l’Aven de la Trompe : il reste une petite escalade à finir au-dessus du puits Armageddon. La fois précédente, il manquait 4m de corde pour arriver au bout. Arrivés sur place, la bruine nous accueille, mais rien d’inquiétant. Nous marchons une quinzaine de min en direction du trou et nous changeons dans la petite doline, sous un lierre. En toute saison, des feuilles pour rester à l’abri. L’entrée est engrillagée afin d’éviter que des animaux ne tombent dans la faille/entrée. J’avais oublié comme le 1er puits est étroit au départ, dans une faille où il faut passer de profil. C’est très humide : de la terre, des feuilles et le calcaire trempé. Seuls les 5 premiers mètres sont vraiment étroit. Le reste du P30 est bien large, circulaire. Nous débouchons ensuite sur une trémie et suivons quelques instants un méandre et un enchevêtrement de blocs. Nous nous glissons ensuite dans un boyau très étroit, si étroit que la corde que je traine le long de mes jambes a failli me bloquer : il y a juste de quoi passer. Nous sommes à présent en tête du second grand puits, le grand P60 de la Girafe rapidement avalé. Petite étroiture et ressaut de 5m, nous voilà arrivés à destination, à -100m, sur la margelle du Puits Armageddon. C’est là que la grande escalade démarre. Nous entendons l’eau goutter, c’est bruyant. Un pendule pour partir sur la droite, sous l’eau et nous commençons à remonter sur les cordes préalablement fixées. Le calcaire est très blanc, marqué de nombreuses cannelures. Des rostres de bélemnites dépassent, ainsi que des petits plaquages bruns, comme du caramel. C’est superbe, mais il faut être très vigilent car de nombreuses pierres parpinnent partout autour de nous, de petits cailloux à des blocs décimétriques ! C’est ceux-ci qui posent problème car ils peuvent sectionner ou toncher la corde…

La Trompe Bézaudun

Nous pouvons aussi admirer de beaux bancs de calcaire, d’au moins 50cm s’empiler les uns sur les autres, avec de nombreuses fissures, failles et même une petite lucarne qui ne débouche sur rien. Nous arrivons finalement à l’endroit où la précédente expédition s’était arrêtée. Un beau toboggan vertical qui plonge vers l’abîme ténébreuse. 4m, c’est long, surtout quand il faut être prudent sur les parois glissantes et fixer quelques amarrages. Finalement, nous y arrivons et nous arrêtons devant un méandre étroit. Pour la descente, 2 missions : mesurer toute la hauteur précise de ce puits et déséquiper les cordes et plaquettes. On ne laisse rien en place, vu qu’il n’y a pas de suite là-haut. Je m’équipe du topofil et descend prudement vers le bas en veillant à ce que le fil ne se sectionne pas ni ne se bloque sur la corde, ce qui nous ferait perdre l’information de la longueur. Je prends mon temps et suis prudent. J’en profite aussi pour regarder tout autour de moi. J’arrive enfin dans la zone où je reçois des gouttes d’eau et amorce le pendule. Me voilà de retour sur la vire. Verdict 52m ! Ce qui fait une verticale de 100m en enchainant ce puits et le puits de l’Armageddon. Nous rangeons le matériel et laissons quelques cordes sur la vire pour la suite de la désobstruction : au fond, sur la trémie. Remontée rapide et légère pour une sortie sous la pluie et l’orage, comme annoncée !

Tag(s) : #Spéléo
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :