Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Caïre du Préfouns sud - Voie gauche

Mardi 21 octobre 2014 – nous voulions nous lever à 7h30. Ça sera finalement à 8h ! Les 2 alpinistes sont partis un peu plus tôt. Il a fait quand même un peu frais (2°C dans la tente), mais les tentes ne sont pas gelées le matin. A peine de givre au sol. Mais en s’agitant, on se réchauffe vite. Le ciel est à peine voilé et le soleil descend vite sur la Crête Colombrons. Nous rangeons les affaires et les reposons derrière la pierre de la veille. Il faudra repasser par ici après la course d’alpinisme avant de caler sur le vallon de Salèse. Nous quittons ce petit havre de paix avant que le soleil ne baigne l’emplacement du bivouac. Rapidement, dans la tourbière, nous nous retrouvons au soleil. Quelle belle perspective que le Caïre Archas, le Pépoiri et Belletz derrière des mélèzes dorés.

Caïre du Préfouns sud - Voie gauche

Nous montons et rejoignons le Lac Nègre. Toujours aussi magestueux. D’autant que le soleil matinal éclaire le Giegn et les Aiguilles du Lac Nègre vers où nous nous dirigeons. Nous contournons le lac par la rive Est, sur le sentier classique, que nous quittons peu après avoir dépassé le lac, pour gravir un ressaut qui nous ouvre les portes de la Combe Margiole. Là, le Caïre du Préfouns (2835m) et ses aiguilles. Belle combe fermée par la Tête Margiole, entourée par la face nord du Giegn (elle aussi impressionnante) et les Aiguilles. Progression plus délicate dans les blocs, stables cette fois. Il nous faut un peu plus de 1h30 pour arriver au pied de la voie. Nous la repérons même si le cheminement est moins évident que sur le Giegn. Nous allons nous attaquer à la face Sud du Préfouns, autrement appelée « voie gauche » (voie Dufranc-Demenge), ouverte en avril 1958. Dans notre dos, la belle étendue d’eau du Lac Nègre. Plus loin les Lacs français de Frémamorte. Superbe. 250m d’escalade sur du granite massif aux nombreuses fissures naturelles, idéal, d’autant que les points sont peu fréquents, exceptés aux endroits exposés. Nous allons devoir affronter 5 longueurs, dont les 3 dernières en V, voire V+. Pas de répit jusqu’à atteindre l’arête (III/III+) ouvrant les portes du sommet.

Caïre du Préfouns sud - Voie gauche

Pour la 1ère longueur, il s’agit de remonter une fissure. Avant d’arriver au 1er relais, nous grimpons une belle dalle. Pour rejoindre R2, nous devons nous hisser par-delà des gradins. Ces 2 premières longueurs sont faciles au regard de ce qui nous attend par la suite. C’est au 2ème relais que les choses sérieuses commencent avec une belle fissure dans une étroite cheminée. Là, on grimpe dans le V+ ! Au-dessus du 3ème relais, on doit trouver la voie dans un dièdre. Nous improvisons un relais à la sortie de ce dièdre avant de poursuivre sur une dalle. La difficulté reste importante (V) et cette longueur me met à rude épreuve. Il en reste une bonne bien dure avant d’atteindre l’arête. Il semble même que nous ayons tirer trop tout droit dans la 5ème longueur au lieu de nous diriger vers la droite et d’emprunter un autre dièdre. Très dur de sortir de ce passage dans un bon V+. Mais nous arrivons enfin sur l’arête. Là, on doit progresser en suivant le fil de l’arête et nous allons arriver au sommet. Mais même une fois sur l’arête, la difficulté reste présente. Cotée en III/III+, ça grimpe bien avec des passages bien exposés. Nous préférons donc mettre en place des relais, quand enfin, il semble que ça grimpe moins, nous passons en corde tendue. Mais, à une cinquantaine de mètres du sommet, nous nous retrouvons devant une petite brèche qui nous barre la suite de l’arête. Impossible de la franchir en désescalade. Il y a bien 2 pitons et une vire 3m plus bas, mais le topo ne fait pas mention d’un rappel. On se désencorde et on descend non pas de 3m mais d’une petite dizaine de mètres.

Caïre du Préfouns sud - Voie gauche

Là, au vue de l’heure (16h), nous décidons de ne pas remonter et d’amorcer la descente, à une cinquantaine de mètres du sommet… Rageant, mais ce petit rappel nous fait hésiter. Mais plus loin, en se dirigeant vers la Brèche Margiole, on remarque que c’était la dernière difficulté avant de sortir au sommet. Dommage, mais le sommet reste là et nous aurons l’occasion d’y revenir, mieux préparé et avec déjà quelques repères sur cette belle voie. Mais l’aventure n’est pas encore finie pour autant, car il n’est pas évident de trouver la sente idéale menant à la Comble Margiole. En suivant la crête ouest, nous nous engageons dans un mauvais couloir. Nous en sommes quittes pour une petite remontée avant, enfin de trouver la bonne direction. Il y a là encore quelques passages délicats nécessitant de désescalader. Belle vue aussi sur le Monviso et les lacs italiens de Frémamorte. La combe est à présent à l’ombre et le soleil baisse rapidement à l’horizon ! Nous allons encore finir de nuit… C’est une coutume sur ces 2 journées. On file à bonne allure dans les éboulis grossiers de la combe et on rejoint le Lac Nègre là où nous l’avons quitté le matin même. Une fois à l’exutoire, on reprend un peu de luminosité. Quel spectacle ! L’horizon rosé et les sommets sombres. Superbe. A 19h15, nous sommes au Lac Graveirette. On récupère les affaires cachées, réorganisation des sacs et on file vers le Col de Salèse pour une 1h de descente à rythme très soutenue. Les frontales vont une fois encore nous être bien utiles et nous rejoindrons le parking de Salèse sous un très beau ciel étoilé, très clair. Au final, encore une journée très dense (11h), mais 2 superbes journées sous un soleil automnal ! Des paysages éblouissants et 2 belles voies, très techniques. De l’alpinisme, du vrai, avec mise en application de toutes les techniques, des rappels, de la dalle, des fissures et des arêtes. Nous sommes exténués par ces 2 journées, mais malgré tout content même si nous ne sommes pas parvenus au sommet du Caïre du Préfouns. To be continue…

Tag(s) : #Rando Alpes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :