Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Balcon de Marta (2122m)

Samedi 4 octobre 2014 – direction Saorge, l’un, si ce n’est le plus beau village des Alpes-Maritimes (selon moi), pour une très longue rando une fois encore en crête. La dernière fois que je me suis rendu dans cette vallée, c’était pour le Cro. Un bail donc. Nous décidons de partir tôt : la météo se dégrade assez rapidement en milieu de journée avec risque de pluie (voire orageuses). Il fait donc nuit à 6h30 et il n’y a personne dans les rue. Le jour se lève tranquillement sur la côte italienne alors que nous nous enfonçons dans la vallée de la Roya. Départ de Saorge (b.20) sur les coups de 8h, alors qu’il ne fait pas froid du tout. Nous prenons dans un 1er temps la direction de la Baisse d’Anan et suivons le GR52A. Nous sortons progressivement de Saorge en dépassant quelques fermes et champs puis devant la Chapelle Ste-Croix. Petite pause aux granges La Pinée (b.433) : jolie vue sur le vallon de la Bendola. Là, la pente s’accentue un peu, en sous-bois, avec déjà beaucoup de lavande sur les bords du sentier. Avant de déboucher à la Baisse d’Anan (b.206 – 1431m), marquée par un large pâturage dans lequel un troupeau de moutons gardé par des patous est parqué, nous passons dans un pierrier sous la crête de Colla Rossa. Les formations rocheuses laissent voir quelques plis redressés assez intéressants. C’est au niveau de ce près que nous quittons le sentier pour monter directement à la Cime d’Anan (1801m). Quelques ânes, dans l’enclos que nous traversons, nous rejoignent à vive allure, contents d’avoir une visite. Ils sont bien beaux. Le troupeau de moutons et ses patous nous obligent à modifier un peu notre itinéraire pour les laisser à bonne distance. Cette montée, en diagonale dans la pente est assez pénible : des herbes hautes qui nous arrivent à chaque pas dans le visage et cette pente faite de ruptures incessantes qui nous empêchent de prendre un rythme régulier. Et toutes ces herbes et buissons raz, ça pique les jambes ! Mais en arrivant à un petit collet sous la Cime d’Anan, la vue est spectaculaire sur la ligne de crêtes que nous avons décidé de suivre, mais aussi sur la frontière à l’Est, avec les Monts Torragio et Peirevieille qui émergent entre 2 gros nuages. En nous retournons, nous remarquons qu’un patou nous a accompagné du regard et s’est éloigné de son troupeau, pour bien nous jauger… Surprenant. Nous débutons alors notre cheminement en crête et rejoignons rapidement la Cime d’Anan. De là, belle vue sur la Pointe Lugo et les Balcons de Marta, les 2 sommets nous restant à gravir. On voit aussi ce qu’il nous reste à couvrir : les balcons semblent loin… La progression en crête est magnifique, comme toujours, avec versant ouest des mélèzes dont les couleurs commencent juste à changer avec l’arrivée de l’automne.

Balcon de Marta (2122m)

Nous passons sur le point coté 1882m et arrivons au sommet de la Pointe Lugo (1929m). De là, nous estimons notre arrivée prochaine à Marta en 1h (il nous en faudra en réalité 1h15 : bien vu) et laissons la Baisse de Chiay. Dès lors, nous quittons les crêtes pour contourner Marta par le sud et trouver une voie d’ascension. La sente est mal marquée, et nous la quittons rapidement, car nous repérons un passage direct azimut menant directement au sommet. A nouveau montée très pénible : des marches irrégulières et toujours de l’herbe qui nous arrive dans le visage et qui pique les jambes. Nous traversons aussi plusieurs pierriers. Nous faisons une pause sous les barres rocheuses qui se présentent au-dessus de nous. Là, nous allons devoir mettre les mains pour progresser avec quelques petits pas d’escalade. Le terrain n’est pas très sûr, mais nous débouchons directement au sommet (2122m) sous lequel nous repérons un fort sous le contre-sommet voisin : entrée et meurtrière. Malheureusement, les nuages ont fait leurs apparitions dans le ciel et les couleurs deviennent fades. La vue ne portent pas loin : à l’ouest sur les crêtes de la Corne de Bouc et à l’est sur quelques sommets frontaliers. Au nord on voit émerger entre les nuages le Mt Vaquet (ou Cime de Marta – 2135m). Nous ne nous éternisons pas au sommet et décidons de manger un peu plus bas, abrités du vent.

Balcon de Marta (2122m)

Nous empruntons la piste pour contourner le sommet et ne pas repasser pas l’itinéraire de la montée, jugé finalement trop raide pour une éventuelle descente. Nous quittons cette piste et coupons droit dans la pente herbeuse en direction de la sente quittée sous le sommet de Marta. Là encore, descente pénible et galère, tant à cause de l’herbe que de la progression en dévers. 1h après avoir quittés le sommet, nous passons les Baisses de Pourtiguère et de Chiay. Nous sommes dans une belle forêt de mélèzes et les champignons et framboises ne sont pas rares. Nous nous arrêtons enfin, vers 14h pour manger un bout alors qu’une longue descente se profile à présent. La sente n’est pas encore trop bien marquée mais ne nous empêche pas de rejoindre le GR52A sous la Pointe de Lugo. Là, nous filons directement à la Baisse de Lugo. C’est à la Fontaine des Chiens (b.204) que nous quittons le sentier principal (la piste), en direction de Fontan. Hélas, le sentier est peu emprunté semble-t-il et nous manquons la bifurcation qui devait nous envoyer vers le sud (b.203) vers la cote de 1290m. Nous descendons trop bas et nous en apercevons vers 1200m. Nous sommes quittes pour une petite remontée. C’est là que nous trouvons la fameuse balise 203 couchée au sol, presque entièrement recouverte de végétation et que la sente se trouve rétrécie par la densité d’arbustes. Nous filons en direction du Col de Peïremont (b.432) en légère descente et au nord de la crête de Colla Rossa que nous avons longés par le sud le matin même. Agréable descente sur un sentier assez pierreux en contre-haut du Vallon de Fontaine Froide. Au loin, nous apercevons encore le Balcon de Marta et son antenne de télécommunication alors que se profile le Col de Peïremont et la crête qui va nous ramener directement à Saorge. Retour d’une belle végétation de maquis avec énormément de lavande, très odorante bien qu’elle soit sèche. Il y a aussi plusieurs autres plantes aromatiques donnant à l’air ambiant une bonne odeur, avec quelques oliviers et chênes un peu partout. Belle vue sur Fonton au fond de la vallée de la Roya. Quelques minutes après avoir dépassés la Baisse de Cachin, Saorge apparait : vue impressionnante. Uniquement les toits. Le village semble coupé en 2 avec la vieille église d’un côté, avec le monastère et le village accroché aux flancs de la montagne. Nous arrivons enfin au village que nous traversons. Il y a encore un peu de monde ici. Grosse journée : près de 25km, 10h que nous avons quitté la voiture pour 7h10 de marche et 2070mD+ ! Reste à regagner Nice, une fois la nuit tombée.

Tag(s) : #Rando Alpes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :