Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sortie à l'Agnel et à la Ruine

Mercredi 20 aout 2014 – départ du parking de la vacherie du Boréon. Je m’élance à l’assaut d’un sommet frontalier avec une superbe vue : la Cime de l’Agnel (2927m). 1ère partie tranquille, en forêt sur piste puis single tortueux le long du torrent du haut Boréon. J’attends rapidement la passerelle de Peïrastrèche puis les granges homonymes en ruine. Pas grand monde à l’horizon : ça sent la fin de la saison. Là, à 1936m (b.425), j’attaque le verrou glaciaire de la sagne de la Cougourde où je dépasserai le refuge de la Cougourde (2110m) après déjà 40min. Je traverse la sagne où de nombreuses arnicas poussent entre les petits méandres et la tourbière et gravit en quelques minutes le mur des Sagnes et ses cascades. Je découvre alors, sous le Caïre de la Cougourde, le petit Lac des Sagnes, encore plongé dans l’ombre. Je le dépasse en le gardant main droite, mais je perds la trace principale faite de cairns. Je perds un peu de temps dans les blocs parfois instables, mais je retrouve la sente au pied de la vraie difficulté, qui consiste à remonter le petit torrent de la Vallette Escuré. Je serpente entre les blocs, lacets parfois humide et change de direction au moment où j’aperçois le torrent descendant du Lac de l’Agnel. Je le rejoins et découvre qu’il accueille encore de la glace sur ces bords (2652m). Au fond, 300mD+ au-dessus, la Cime de l’Agnel veuille.

Sortie à l'Agnel et à la Ruine

Je prends de la hauteur rive gauche et découvre la vue sur le vallon de Malaribe en contourant la cime de l’Agnel pour l’attaquer par la face nord. Dans mon dos, j’aperçois le Caïre de l’Agnel, la Tête des Lacs Bessons et la Cime de Baissette. 2 bouquetins, pas dérangés par mon passage, me regarde gravir la cime en 2h. La vue est superbe. Cette fois, pas de nuage sur les sommets alentours. L’Argentera est très proche, juste derrière le Brocan. Le Gélas, massif de son coté italien est là. Juisse et Agnellière marquent la limite entre la haute montagne et les parcours en crêtes au-dessus de St-Martin-Vésubie. Et, au loin, totalement dégagé, j’aperçois le Mont Viso autour duquel nous avons randonné le week-end dernier ! Fidèle dans le paysage lointain. Quelques nuages tentent quand même de remonter vers les sommets depuis les fonds de vallées itlaiennes. Après 5 bonnes minutes passées au sommet, à bien profiter tout seul, je ne perds pas de temps et plonge dans la descente. Au passage, je croise bouquetins et chamois, les mêmes qu’à la montée, au niveau de la bifurcation entre l’Agnel et les cairns menant au Collet des Lacs Bessons.

Sortie à l'Agnel et à la Ruine

La tâche se complique un peu car la montée n’est pas facile. Je me suis déjà bien amusé dans les blocs vers l’Agnel, droit dans la pente, à sauter entre les blocs. Là, je fais pareil, c’est bien marrant mais la pente est rude. Je rejoins ensuite un petit sentier qui m’amène directement au collet (2647m) d’où je peux jouir d’une belle vue sur les 2 lacs jumeaux des Bessons. Je redescends un peu et repars aussi sec vers le sommet de la Tête de la Ruine (2984m). La 1ère partie de la montée se fait sur de belles dalles de gneiss puis j’attends la partie dans les sables, petits cailloux. C’est très glissant et pénible pour avancer. La famille de chamois qui me regarde doit bien rigoler, eux si à l’aise. J’arrive au sommet par un passage en arête qui est nettement plus facile que les cailloux sans cohésion. Très belle vue sur le Lac de Trecolpas, si petit d’ici, mais aussi sur le Guilié et le Brocan. Le Lac sous la Cime de Guilié est d’ailleurs encore gelé à près de 2900m ! Au niveau de la petite croix en bois symbolisant le sommet (après 3h d’effort), j’ai le plaisir de rencontrer un ami, venu en reco pour une rando à venir. Quelle bonne surprise. Je tente de redescendre vers le Guilié par les arêtes mais ne trouve pas la trace, seulement 40 brins de génépi. Je décide alors de redescendre vers les Lacs Bessons. Je navigue à vue, dans une pente bien raide, sans sentier. Certaines pierres glissent pas mal et je me retrouve quelques fois au sol, mais je rejoins les superbes lacs aux eaux bleues (2545m). Là, je redescends rapidement à la voiture par le vallon des Bessons puis celui de Sangué où il est parfois difficile de courir. Après 5h15 de course et environ 20km pour 1900mD+, j’arrive sur le parking et découvre qu’en fait, il y a beaucoup de voiture, jusqu’au Boréon.

Sommet de la Tête de la Ruine (2984m) avec vue sur la Cime du Gélas.

Sommet de la Tête de la Ruine (2984m) avec vue sur la Cime du Gélas.

Tag(s) : #Rando'Trail
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :