Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cime du Mercantour (2772m)

Mercredi 23 juillet 2014 – pour une fois, je pose la voiture au niveau du Boréon (1500m), là où la route nous envoie habituellement vers Salèse ou vers le haut vallon du Boréon. Je vais essayer de monter au Col de Cerise et de redescendre vers le Lac du Mercantour, si le temps reste clément. A 8h30, il fait soleil, mais je remarque déjà quelques nuages par-ci par-là. Je m’élève au-dessus du Boréon et au niveau de la balise 371, j’oblique à gauche pour aller chercher le vallon de Cavalet que je remonte d’abord en rive gauche, avant de le traverser au niveau d’une passerelle cassée en 2. On remonte ce joli vallon dans un mélézin clairsemé. Vers 2100m, on sort de la forêt pour découvrir un monde minéral fait d’énormes blocs de gneiss enchevêtrés les uns aux autres. Autour de moi, le vallon du Cavalet est fermé par le Mont Cavalet à l’ouest et le Caïre Nègre du Mercantour à l’est. Au loin, j’aperçois déjà le col de Cerise (2543m). Même si le soleil a déjà disparu derrière un voile de nuages, c’est assez chouette : ce gneiss recouvert de lichens vert, quelques arbres par-ci par-là et quelques pelouses d’altitude. Les couleurs ressortent particulièrement bien. J’arrive ensuite au niveau du Lac Cerise (2223m), un petit lac encastré dans les éboulis. Plein sud, de l’autre côté du vallon du Boréon, c’est la Cime de Piagu qui ressort.

Cime du Mercantour (2772m)

Je continue à monter vers le Col de Cerise, jusqu’à atteindre un torrent descendant main droite : c’est l’exutoire du Lac du Mercantour, caché une centaine de mètre plus haut. Je remarque le cheminement de cairs : peut-être pour le retour. Il me reste environ 200mD+ d’ascension, vite avalé. Je débouche au col de Cerise avec une vue de première ordre sur l’Argentera, malheureusement sous les nuages. Une caserne en ruine se trouve du côté italien de la frontière, sur laquelle une plaque commémorative rend mémoire aux passages de centaines de juifs persécutés en septembre 1943 qui fuyaient l’Italie par ce col. Le versant italien est nettement plus enneigé que le versant français du col. J’aperçois une trace qui monte jusqu’à un collet. Si je passe par là, j’arriverai au-dessus du Lac du Mercantour et sous les Cimes Cerise. Ce sentier est parfois un peu exposé avec quelques glissements, mais j’arrive bien là où je le pensais. Le Lac du Mercantour (2454m) est libre de glace, mais quelques gros glaçons flottent encore en son centre. Je pousse jusqu’à dépasser les 2600m sans atteindre les Cimes de Cerise, qui me semblent un peu trop exposées. Je bascule ensuite dans la combe de Cerise, en direction de la Cime du Mercantour qui me fait face. Je dois contourner cette combe et reprendre mon ascension en direction du collet de l’arête sud. J’évolue dans les éboulis, facilement et aperçois même 2 chamois au pelage bien brun, beau pelage d’été. La montée est facile jusqu’au sommet de la Cime du Mercantour (2772m), hors sentier, mais là-haut, la vue est sympa : de l’Argentera au Gélas, en passant par le Brocan, le Guilié et la Ruine. La Cime de Baissette et le Pélago séparent les vallons de Sangué et des Erps. Je préfère rentrer par le Vallon des Erps plutôt que de remonter basculer derrière Baissette, vu qu’il y a encore pas mal de neige dans ce secteur. Là, par contre, je me mets un peu en difficulté. Je ne prends pas la trace de l’itinéraire nord et me retrouve dans un couloir bien raide dans lequel les pierres roulent aisément sous mes pieds. Je me retrouve par 3 fois à terre, sans mal, mais je ne suis pas serein. A la moindre faute, je cale. Je respire mieux en arrivant en bas au niveau de la Sagne des Erps où je reprends le sentier qui va me ramener au Boréon. Le sentier serpente parfois dans des champs d’éboulis avant de rentrer en forêt où je retrouve les 2 chamois qui ne savent pas où fuir. Je dépasse ensuite un troupeau de vaches à proximité de la vacherie des Erps. Sur cette portion, je peux enfin courir un peu. Au final, sur une sortie de 4h, j’aurais mis 1h30 à rejoindre le Col de Cerise, 1h pour la Cime du Mercantour et également 1h30 à la descente, au retour. 1400mD+ en 12km. Du condensé. N’aura manqué qu’un peu de soleil, surtout sur les lacs.

Tag(s) : #Rando'Trail
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :