Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cime de Pelousette et Tête de l'Enchastraye

Jeudi 21 aout 2014 – il fait encore nuit quand je quitte l’appart à Nice pour remonter la vallée de la Tinée vers le Camp des Fourches (2253m), mais la journée promet déjà d’être ensoleillée. 8°C sur le parking malgré le soleil avec un léger vent, à 8h20. A peine avons-nous quitté les ruines du Camp des Fourches que nous obliquons plein nord en direction de la Cime de Pelousette (2757m). Le sentier serpente entre 2 dolines et les éboulis tombés des crêtes de la Tour. En base de la falaise, des marnes noires, couvertes par une alternance marno-calcaire. La montée au niveau du fort de la Pelousette est assez rapide et la vue déjà panoramique sur Fort Carra, le Mounier, les sommets de la Haute-Tinée ou la Bonette et son paysage lunaire. En suivant la ligne de crête, on voit Bonnet Carré. Nous décidons de basculer sur le versant nord et nous retrouvons bien vite sur une petite sente qui longe à flanc les crêtes de la Tour. Nous passons en contre-haut du Vallon de Pelouse et son lac aux eaux turquoises près duquel un troupeau broute tranquillement. Nous arrivons ensuite au pied du Pas de la Petite Cavale (2775m), entre la Tête de Pelouse et la Tête Carrée. Nous allons escalader ce col, qui est en fait un couloir d’éboulis complètement instable : un pas en avant, 3 en arrière ! Mais quelle vue une fois encore ! Un ciel parfaitement limpide et au fond, les Ecrins, mais surtout, derrière les sommets de la Haute vallée de l’Ubaye (Meyna, Brec de Chambeyron, Sautron et Col de Portiola, Tête de Moïse), on aperçoit le Mont Viso, une fois encore ! Cette pyramide, d’où qu’on l’aperçoive est toujours aussi magnifique, avec toujours dans un coin de la tête, l’envie d’y retourner, seulement 4j après être rentrés d’un tour du Viso…

Cime de Pelousette et Tête de l'Enchastraye

Nous prenons ensuite la direction des Lacs des Hommes après être montés rapidement au sommet de la Tête Carrée (2865m) avec vue sur le Lac du lauzanier, le Lac de Derrière la Croix, les 3 Evèques et l’Enchastraye. On contemple aussi le chemin parcouru jusque-là. La Bonette sépare le Mont Pelat et le Cimet, 2 beaux 3000. Nous traversons un joli champ de pierre pour atteindre les Lacs des Hommes. Plus aucun sentier à l’horizon, uniquement des cairns et entre, de nombreuses fleurs (gentianes bleues, violettes et anémones). Puis, miracle, avant d’atteindre ces 2 perles, on aperçoit une harde de moufflons ! De belles cornes courbes. Ils nous jaugent et décident de se mettre à l’abris en gravissant les dalles sur lesquelles ils sont posés. Des animaux très peureux car nous sommes encore à une belle distance. Mais quelle bonne surprise. Entre les 2 lacs, bifurcation vers l’est pour descendre en direction du Lac de Derrière la Croix (2428m). Depuis notre belvédère, nous devinons pas mal de randonneurs, surtout au niveau du Lac du Lauzanier (déjà nettement moins au Lac de Derrière la Croix). Là, il nous faut garder la cote altimétrique et se frayer un chemin entre les dalles pour rejoindre après une belle petite descente le lac sous l’Enchastraye qui nous domine de 500mD+. C’est le dernier gros morceau de la journée : l’ascension de l’Enchastraye (2954m) depuis le Lac de Derrière la Croix. Nous suivons quelques minutes le GR5 pour dominer le lac, puis nous prenons direct azimut dans la pente vers le Pas de l’Enchastraye.

Cime de Pelousette et Tête de l'Enchastraye

Pas de sentier dans les éboulis instables. La dernière partie avant de rejoindre le col se fait sur un petit sentier, nous facilitant un peu la tâche. Nous dominons le Lac de l’Enchastraye, une jolie perle. Le Viso se rapproche, juste derrière le Tête de Moïse. La vue est toujours superbe malgré le vent qui forcit et nous refroidit à chaque arrêt. Là, c’est droit vers le sommet, d’abord dans de gros éboulis, puis sur les dalles toutes orientées dans la même direction. Un régal de gravir les 200 derniers mètres qui nous séparent du sommet que nous atteignons à 14h00. Panorama à 360°. Haute-Tinée, Argentera/Matto, Viso, plaine du Pô sous les nuages, haute-Ubaye, Ecrins. Et surtout pas un nuage. Il nous faudra 2h pour rejoindre le Camp des Fouches via le Col de Pouriac (2506m) d’où la vue sur les 3 Evèques et l’Enchastraye et ses barres est superbe(et 3 beaux bouquetins aux cornes bien développées calés sur une dalle). Un berger veille sur son troupeau tranquillement installé près du lac sous le col, côté français. C’est agréable de descendre ce beau vallon de Salso Moreno, avec les terres rouges d’un côté et les marnes noires et calcaires sommitaux de l’autre, et toutes ces dolines où derrière chaque touffe d’herbe, se cache une marmotte. Nous verrons même un vautour prendre les courants ascendants et quelques plants de séneçons tétards, plante protégée. Nous traversons le lit de 2 torrents asséchés, mais déjà se profile la remontée au Col des Fourches : 150mD+ pour boucler cette superbe boucle de 20km (1640mD+), 3 sommets et 8h20 de marche, entre Alpes de Haute-Provence, Alpes-Maritimes et Italie. Une superbe journée en montagne.

Tag(s) : #Rando Alpes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :