Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lac Jugale

Mardi 1er juillet 2014 – disons le tout de suite, je me suis trompé dans mon orientation, ce qui a eu pour conséquence un changement de sens dans ma sortie. Pas grave, sauf que du coup, je suis passé au Lac Jugale sous les nuages bien gris alors qu’en matinée, il aurait été baigné de soleil. Tant pis. 9h, je suis à l’Authion (b.244) avec dans l’idée de faire une boucle d’environ 30km qui doit me faire passer par un lac que je ne connais pas encore : le Lac Jugale et repasser dans la partie sud de la vallée des Merveilles et rentrer par le Pas de Diable, en crêtes vers l’Authion. Le soleil brille et quelques cirrus commencent à se former au loin. La vue sur la forêt de Turini, toute verte est très jolie. Je passe d’abord sous la Pointe des 3 Communes et son fort ruiné de la Redoute (2080m). Je m’élance pour une 1ère portion en descente sur le GR5 et une portion très pierreuse, puis rejoins la Baisse de St-Véran. Là, le GR passe sous la Tête de Tuor. Là, je me dirige vers le Col de Raus (b.406 – 1999m), mais au lieu de rejoindre le passage entre la Tête de Tuor et la Cime de Raus, je m’engage sur une sente, ancien chemin de rando, mais à présent délaissé. Le sentier se perd même parfois à l’approche de croupe, dans les éboulis et entre quelques pins. Il faut beaucoup de vigilance pour progresser sur ce terrain, mais c’est voulu car je veux, ainsi, rejoindre la trace qui mène au Lac Jugale, via une longue traversée sous les cimes de Chiagasse. Mais, à un moment donné, je suis persuadé de m’être trompé de sentier. Du coup, je remonte le torrent de Ciantasque, sans suivre aucun sentier. C’est sauvage, pas difficile, très vert et l’eau ruisselle de partout, signe que la fonte des neiges bat son plein. Des armées de marmottes veillent sur mon passage. Je rejoins donc, le GR5 et atteins le Pas du Diable (b.405). Je dépasse 1 névé mal placé qui barre le sentier, mais des marches permettent de le franchir aisément. Un chamois, qui doit reconnaitre l’un des siens, ne fuit pas à mon approche et me regarde passer, l’œil aux aguets malgré tout. Je prends le temps de regarder la belle Cime du Diable, prolongée au sud par le Mont Capelet Supérieur. Un névé impressionnant empêche toute véléité d’atteindre le Pas du Trem, condition obligatoire pour débuter l’ascension du Diable.

Lac Jugale

C’est bien dommage, car la montagne dans son ensemble est libre de neige, excepté le Pas du Trem. Je passe ensuite rapidement à proximité des Lacs du Diable, qui, en cette saison de fonte, sont bien rempli et encore partiellement pris dans les neiges. Je m’élance ensuite dans une bonne longue portion descendante et slalome entre les lacs de la Muta, du Trem et Fourca, avant d’atteindre le refuge des Merveilles qui surplombe le Lac Long Sup., au-dessus duquel trône l’impressionnante montagne du Bégo (2872m). Quel beau point de vue aussi sur le Grand Capelet.

Lac Jugale

Je continue à descendre sur la large piste et atteins la balise 234 où je remonte vers le Pas de Colle Rousse (2264m – b.233). La montée dégage quelques beaux points de vue sur le Vallon de Minière, très boisé. Durant le court laps de temps que dure la montée, je suis confronté aux restes d’une avalanche hivernale. C’est le chaos : des branches partout et surtout un énorme névé qui empiète souvent sur le sentier qui est d’ailleurs très mal marqué, souvent dans les blocs et éboulis formés par les reliefs de la Corne de Bouc et du Bec Roux. Arrivé au col, le vent se met à souffler. Il fait frais, m’obligeant à me couvrir. Je renonce à l’ascension de la Corne de Bouc pourant si proche. Mais vu les nuages très sombres qui se forment et la longueur du chemin restant, je préfère plonger vers le Lac Jugale, impressionnant par sa taille. Je passe ensuite par le Pas de Jugale et dévale une prairie om les marmottes s’ébattent, dans les Conques. Au niveau de la balise 232, je bifurque vers l’ouest, sur le sentier que j’aurais du suivre le matin même. Là, c’est parti pour une longue traversée vers le Col de Raus. J’alterne les portions en montée et celles en descente sur un sentier très étroit. Mais quelle belle traversée en corniche. Mais au niveau de Ciantasque, je perds la trace et me retrouve plus bas que prévu. J’avance malgré tout sur les pistes des animaux et rejoins finalement la Baisse de St-Véran. Il ne me reste plus qu’à remonter vers les 3 Communes et boucler ainsi cette boucle de 28km durant laquelle j’aurais cumulé 2150mD+ en près de 5h30. Bonne petite journée commencée sous le soleil et finie dans la grisaille dans ce joli coin.

Tag(s) : #Rando'Trail
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :