Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Trail Cro Magnon 2014 - The End

Breil, km76 et 4500mD+ déjà parcourus. Ça c’est fait, mais la suite est encore longue et nettement plus en dents de scie. Je pense que je les crains autant que cette première longue portion. J’entre sur l’aire de ravitaillement après 12h15 de course et je retrouve Thibault, ici depuis une dizaine de minutes. Il m’apprend qu’il n’est pas au mieux après un départ canon, il accuse le coup et a beaucoup de mal à s’alimenter normalement. Il picore et les pâtes lui fond du bien. A peine 20min et nous repartons ensemble, espérons rallier Sospel, terme de la prochaine étape. Il y a un peu plus de 17km. Nous contournons Breil alors que les nuages masquent à nouveau le soleil et qu’un vent frais vient à notre grande joie nous rafraichir. La montée vers Pienne-Haute est assez dure et exigente. Nous allons à bonne allure d’ultra, c’est-à-dire pas trop vite. Dès que la pente est là, nous marchons et trottinons en descente ou sur le plat, mais jamais trop longtemps. Puis nous traversons un petit ruisseau descendant de Pienne et là, la pente se raidit. Mon pote semble peiner un peu plus que moi. Il n’arrive pas à manger. Nous levons un peu le pied, ça ne fera pas de mal. A Pienne-Haute en 1h30, une fontaine nous permet de nous rafraichir. Il vomit l’eau qu’il vient d’ingurgiter et doit s’assoir. Je reste un peu et repart tranquillement vers le GR qui ramène à Sospel. Par contre, ce qui m’inquiète, c’est que je viens d’essayer de manger une barre et que j’ai du en recracher l’essentiel. Ça, ce n’est pas bon, pas bon du tout… Là où je fais l’erreur, c’est de ne pas tenter de prendre autre chose. Je préfère attendre le ravito de Sospel. Il revient sur moi à l’amorce du GR et nous descendons sur la Bévéra ensemble vers Olivetta et ses olivieraies, en ayant bien levé le pied, marchant l’essentiel du temps. Mon collègue n’est pas au mieux, je sens que j’ai de moins en moins de force. J’aurai du me forcer avec une autre barre, car quand on remonte au petit Col de Vescavo, je me sens très faible ! Que Sospel me semble loin. J’ai par contre l’avantage d’être passé par ici en rando, dans ce joli coin avec de belles gorges sur la Bévéra. De beaux paysages bien sauvages avec le Mt Agaisen au-dessus de Sospel et le Cuore.

Trail Cro Magnon 2014 - The End

Peu avant le Pont de Caï où on retrouve la route, le collègue s’arrête : il doit impérativement manger car il ressent des fourmis dans les membres. J’avance toujours en étant aussi assez faible. Dès qu’une portion en pente apparait, je suis à la peine, mais j’arrive à la route : il reste 3km avant le ravitaillement, ça va aller. Quelques minutes plus tard, une voiture ralentie à ma hauteur, il en est passager. Il a abandonné ! Je suis le seul représentant du CAF Nice/Mercantour. Pas de pression supplémentaire, jsute le souhait d’arriver le plus rapidement possible au poste de ravitaillement pour me refaire une santé. Je mettrais longtemps à y arriver. J’arriverai en tremblant, épuisé, assez blanc, au bord de l’abandon. Mais je décide de rester un moment assis à reprendre des forces. D’abord quelques gouttes de coca, doucement, très lentement, puis quelques tuc et autres gâteaux salés. Toujours par petits bouchées pour ne pas agresser mon estomac. Ça passe, mais par petite dose. L’écœurement n’est pas loin. Je passe 1h20 au ravitaillement, en compagnie des bénévoles tous très gentils. Mon pote est aussi là : il a fait une belle hypoglycémie et semble aller mieux. Le voir me redonne un peu de courage, d’autant qu’il m’encourage. Je mange, mais après coup, je me dis que ce que j’ai mangé était trop peu : juste de quoi me faire passer la sensation de faim, mais pas assez pour recharger les batteries comme il faut. Malgré une bonne part de pizza chaude offerte par une gentille bénévole. Lorsque je repars, le ciel est déjà bien sombre : le soleil a disparu derrière les montagnes. J’ai préparé la frontale et me promet d’y aller molo et de manger dès le sommet de la prochaine bosse. Au ravitaillement, on m’a renseigné sur la topo à venir : 17km pour l’étape à venir vers Peille et surtout 10km de montée. 400mD+ assez long, puis le col de Castillon (300mD+) et le Col de Ségra 200mD+. Je suis rapidement fatigué et essaye de ne pas trop y penser. Je m’assois et mange, en allumant la frontale. Une pompote et un morceau de gâteau. C’est léger et j’ai déjà envie de vomir ! Je repars quand même et arrive au col de Castillon, sous le Mont Razet. Là, je pointe et essaye de manger : ça ne passe pas ! Les 2 pointeurs me disent qu’il reste une petite côte de 200mD+ et au total 10km avant d’arriver à Peille. C’est trop ! Je décide d’abandonner la course. Le Mt razet m’aura été fatale. Je préfère arrêter et surtout ne me sens pas à continuer tout seul, de nuit avec encore une petite montée et derrière une longue descente. S’en est fini. J’abandonne ici, là, en pleine nuit au col de Castillon après quelques 100km de course et 19h au compteur. Je suis déçu, mais la raison l’emporte et à présent, seul compte parvenir à manger et m’alimenter pour reprendre des forces. C’est d’autant plus rageant que musculairement, tous les signaux étaient au vert. Mais en ultra tout doit parfaitement s’enchainer. Si un grain de sable s’en mêle, ici l’alimentation, impossible de finir surtout quand on sait le stress pour l’organisme que représente ce genre d’épreuve. J’attends une petite heure en discutant avec les 2 pointeurs et vois passer les autres concurrents qui finissent eux. Je suis redescendu en bus arrivant de Breil jusqu’à Cap d’Ail où je vois malgré tout la plage, mais pas en tant que finisher… Un petit pincement au cœur. En arrivant, je file manger ! Et englouti 2 plâtrées de pâtes à la bolognaise servies généreusement par le cuisto. Une douche, un massage et je retrouve mon collègue. Nous nous posons dans l’aire d’arrivée et nous endormons comme des souches jusqu’au petit matin. Là, nous déjeunons et ma sœur arrive pour nous ramener sur Nice. C’est ainsi que prend fin cette édition 2014 du Raid Cro Magnon, avec déjà en tête de passer la ligne d’arrivée en finisher…

Tag(s) : #Rando'Trail
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :