Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Cloches de Barles

Dimanche 15 juin 2014 – le ciel va-t-il nous laisser le répit de monter aux Cloches de Barles ? Normalement, la pluie est annoncée pour l’après-midi, mais quelques gros nuages masquent par moment le soleil alors que nous partons de Verdaches à 8h pour redescendre vers Barles. Là, nous prenons la piste menant au hameau du Forest où des chiens de bergers assez excités nous accueillent. Heureusement, ils sont attachés. Puis au détour d’un virage, nous apercevons un col qui sépare la Grande Cloche de Barles et sa voisine, la Petite Cloche (ou le Sommet de Nibles). On quitte enfin cette large piste pour nous engager sur un étroit sentier qui monte dans la prairie vers Le Jasset. Là, nous traversons une prairie très herbeuse avec de nombreux églantiers en fleurs et des genêts. On rejoint ensuite le col non sans admirer les 2 cloches. Une fois dessous, elles nous paraissent moins massives que la veille depuis Esclangon, et surtout abordables pour le randonneur. Nous allons commencer par escalader la Grand Cloche (1887m), qui est moins élevée que la Petite Cloche (1909m). Petit coup de chaud malgré tout, surtout dans la traversée avant d’atteindre les crêtes panoramiques.

Les Cloches de Barles

Nous voyons de nombreuses asters, mais aussi à notre grande surprise, des edelweiss par paquets. Puis des saxifrages à feuilles en languette, elles localisées dans les anfractuosités rocheuses. Une fois que nous débouchons en crête, le plus dur est fait. Il ne reste qu’à atteindre le pic en évitant les amonites sous nos pieds. De là, la vue sur les Monges, les barres de Chine et le Blayeul est superbe, malgré la présence de nuages assez denses. Nous pouvons aussi nous rendre compte des difficultés restantes puisqu’on aperçoit le Col Baran menant aux prairies de Chine et le sentier qui monte à la Petite Cloche. Nous prenons un peu de recul sur les crêtes pour observer à la fois le sommet et la vallée du Bès (village de Barles posé dans un écrin de verdure). Nous filons et c’est le cas de le dire vers la Petite Cloche, car les nuages ne nous incitent pas à la flânerie, bien que parfois, la vue se dégage sur les contreforts du Ventoux et de la Montagne de Lure. Le second pic est rapidement atteint et quelques gouttes nous accueillent au sommet. Nous poursuivons par une descente en crêtes, avec côté Ouest un versant à pins et côté Est, des prairies recouvertes de fleurs. Quel contraste. Nous plongeons vers le Col de Baran et sa ravine et repartons à l’assaut du Sommet de Chine (1921m). A cause du brouillard, nous ne parviendrons pas à atteindre le sommet si proche, mais préférons plutôt basculer dans la traversée des près de Chine, pour espérer atteindre la bergerie de Chine, en cas d’un éventuel orage. La prairie est superbe : que de fleurs ! Nigretelle en tête, cette orchidée rose/rouge qui sent comme de la vanille, des narcisses à foison, des gentianes, myosotis, lotiers et des globulaires partout sur le sol. C’est fou toute les variétés de fleurs présentes aujourd’hui. Nous aurons même le loisir de voir des tulipes australes, des violettes et coucous. Et miracle, nous entendons même le sifflement d’une marmotte au loin.

Les Cloches de Barles

Nous descendons à bonne allure alors que partout autour de nous, les nuages semblent gagner du terrain. L’averse orageuse va nous avoir, je le crains. Le col de Clapouse et son petit refuge menant aux Monges n’est pas si loin. Puis, enfin, la bergerie, juste à temps car un orage éclate au-dessus de nous, lâchant quelques grêlons. Il est de courte durée, juste le temps de grignoter un peu que nous repartons en direction du Forest. C’est à 5min de Barles que nous essayerons la plus grosse averse, mais heureusement, nous sommes proches de la fin. Nous irons ensuite au bar de Barles, tenu par des personnes âgées qui nous préparent un bon panaché maison. De retour au gîte, nous étudions la carte et les possibilités de rando pour le lendemain, de préférence proche et assez courte car la route du retour vers Nice est longue via la 202. Un bon repas en compagnie des propriétaires du gîte Alix et Patrick pour recharger les batteries.

Tag(s) : #Rando Alpes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :