Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cime du Diable

Dimanche 6 avril 2014 – C’est le printemps. Des arbres fruitiers en fleurs partout dans la Vésubie, encore des mimosas jaunes vifs à Belvédère, ainsi que des bourgeons sur la plupart des arbres, sans compter les fleurs qui poussent partout en vallée. Nous remontons la vallée de la Gordolasque et nous stationnons au niveau du gîte Relais des Merveilles, en rive droite du torrent descendant directement du mur des Italien et des lacs d’altitude. Il faut doux, malgré les 1580m et que le soleil n’est pas encore passé derrière les crêtes. Rapidement, nous voyons que nous allons pouvoir chausser les raquettes dès le départ, en franchissant une passerelle sur le torrent. La neige est toujours présente et nous permet d’attaquer la rando raquettes aux pieds. Nous entrons rapidement dans le vif du sujet, une montée assez raide sous un couvert de sapins. Nous arrivons ensuite à un premier replat qui marque l’entrée du Vallon de la Marïs. Premier replat salvateur avant d’attaquer un nouveau raidard : le Vallon de Verrairier. Là, entre de belles montées, on distingue 2 zones occupées, en été par de petits lacs. La vue commence à se dégager : au nord on aperçoit successivement la Cime de la Malédie puis le Cime du Gélas. Devant nous, se dresse la Cime des Verrariers (2567m), belle masse de rochers. Au sud, nous longeons des barres rocheuses, lorsque, soudain, une pyramide vient se dresser fièrement : c’est l’objectif du jour, la Cime du Diable (2685m).

Cime du Diable

Elle est là ; elle ne bougera pas et nous allons nous en rapprocher irrémédiablement en visant le Pas du Trem (2480m). Nous entrons alors dans un superbe cirque barré par les Verrariers et le Diable, un petit mamelon entre les 2 (la Cime du Trem), et qui est composé de plusieurs petits ressauts facilement dépassés. Arrivés au Pas du Trem, on découvre encore un autre versant exceptionnel, celui de la partie sud des lacs des Merveilles, avec le refuge homonyme. Mais bien malin qui peut placer les lacs, tant la neige les recouvre et nivelle les distances. Seuls les petits Lacs du Diables sont facilement visibles. Le reste n’est que supposition. Mais entre Bégo et Macruera, il y a les lacs de la Muta, Carbon, du Trem et Fourca. C’est superbe, alors que des chamois fuient notre arrivée, comme si nous allions les prendre en chasse. Derrière nous, on a la Cime de la Valette et le Mt Joia et sa belle crête. Il ne reste plus qu’à gravir les 200m nous séparant encore du sommet de la Cime du Diable. Il faut s’encorder et passer les crampons car la pente va se raidir. Belle expérience que cette montée encordée, crampons aux pieds.

Cime du Diable

La récompense est à la hauteur des efforts avec ce beau sommet qui s’offre à nous sous le soleil. De nouveaux sommets apparaissent avec le duo Capelet Supérieur et Inférieur, la Cime de Raus et l’Authion plus au sud. La Baisse de Valmasque sépare 2 belles montagnes fleuretant avec les 3000m : le Bégo et le Grand Capelet. Plus au nord, l’Argentera joue à cache-cache derrière le Neiglier. La redescente vers le Pas du Trem est presque facile et après un rapide repas, nous remontons vers la Cime du Trem profiter encore un peu du paysage avant de replonger vers la Gordolasque. La descente sera mémorable dans une neige bien transformée et glissante à souhait. De belles parties de luge et glissade dans les parties les plus pentues, pour tous, alors que les degrés montent au fil de la descente. Très belle journée, 12km et 1200mD+ vers l’un des sommets les plus emblématiques de la Vallée des Merveilles.

Tag(s) : #Rando Alpes, #Rando Raquettes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :