Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Crêtes du Cheiron

Dimanche 9 février 2014 – Nous nous élançons de la balise 206, à l’extrémité du parking de la station de Gréolières-les-Neiges (altitude de 1402m) : il est 9h00. Les routes du Haut-Pays étant mauvaises et la neige tombée abondamment les jours passés, il est préférable de rester sage. L’objectif du jour sera de parcourir les crêtes de la Montagne du Cheiron, cette fière barre rocheuse qui domine tout le pays côtier. Il a d’abord fallu remonter les gorges du Loup et passer à proximité de la cascade de Courmes au débit impressionnant. C’est après avoir passés les Barres du Cheiron et une fois dans la clue de Gréolières que la route se couvre de glace. Il faut être prudent pour rallier la petite station de Gréolières. Une fois sur le parking, le ton est donné : le vent souffle. Nous pensons à notre traversée des crêtes, qui risque d’être mouvementée. La neige est dure : il a probablement plu la veille sur la station. Nous commençons par monter tranquillement entre les sapins en direction du sud-est, plus ou moins sur le sentier de randonnée d’été pour contourner les dernières pistes de ski. Au fil des minutes, des lucarnes entre les résineux nous permettent de découvrir les sommets du Mercantour : d’abord le Mounier puis l’Argentera et le Gélas.

L'arc du Mercantour : Gélas, Malédie, Clapier, Bégo, Diable

L'arc du Mercantour : Gélas, Malédie, Clapier, Bégo, Diable

Crêtes du Cheiron

Une seule hâte : atteindre les crêtes afin de pouvoir les contempler dans leur ensemble. C’est au niveau du Plan des Baumettes que nous commençons à bien ressentir le vent. Au vu du vent déjà bien présent, nous décidons de ne pas poursuivre vers la Combe d’Henry pour rejoindre le Col de Coursegoules, mais de directement monter en croupe et déboucher en crête à la Croix de Verse (1700m). Là, nous sommes abrités au creux d’une doline puis derrière un petit mamelon. Nous pouvons pleinement profiter du panorama nord sur l’ensemble de la Chaine du Mercantour, de la Cime du Diable à l’Encombrette. Entre, on place aisément le Gélas, l’Argentera, le Clapier, le Pépoiri, le Pétounier, le Giegn, et plus loin le Mt St-Honorat. Il y a beaucoup de neige vu d’ici et le vent souffle la neige sur la Malédie et le Gélas. Au sud, c’est la mer, si proche : à 40km à vol d’oiseau. Nous ne verrons pas la Corse, sous son couvert de nuages. Tous les plateaux de chevauchements sont là : Cavillore, Calern, Caussols, l’Audibergue. Tous ce secteur est plaisant aussi à admirer. Là, nous entamons la partie aérienne de la sortie avec une succession de montées et descentes le long des crêtes de la Montagne du Cheiron.

Crêtes du Cheiron

D’abord Jérusalem (1768m), 2ème contre-sommet puis enfin le Cheiron (1778m) où une violente rafale nous mitraille de petits grêlons de glace. Nous amorçons la descente avant de contourner une petite doline et de remonter une nouvelle fois. Nous trouvons refuge au fond d’une doline fermée par un petit téton culminant à 1694m). Il ne nous reste qu’à regagner tranquillement la station et sa foule dominicale en slalomant entre les pins avant de recouper une piste qui nous amène directement en bas. Bien qu’une petite journée, nous aurons pleinement profité d’une superbe vue tant sur le montagne que sur la côte avec une luminosité magnifique sur la grande bleue.

Tag(s) : #Rando Alpes, #Rando Raquettes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :