Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hameau de Mollières (1572m)

Dimanche 26 janvier 2014 – Après quelques jours d’intempéries et un gros cumul de neige sur le massif du Mercantour et une semaine très ensoleillée, une sortie raquette est programmée. Tant mieux car le soleil est eau beau fixe. Seul bémol : le vent doit souffler fort une partie de la journée sur les crêtes frontalières. Par chance, nous allons marcher en fond de vallon et seront protégés des assauts d’Eole. L’épaisseur de neige tombée la semaine passée est telle qu’il est préférable de ne pas trop monter à cause du risque de départ de plaques avant. Au menu du jour : 24km et 1100mD+, en aller/retour pour visiter le Hameau de Mollières, aux confins du Parc du Mercantour. Les prévisionnistes ne se sont pas trompés : le vent du nord, pas froid pour une fois, nous cueille au rendez-vous de St-Matin. Les cimes commencent à s’embraser lorsque nous sommes à proximité de celles-ci. Et effectivement, le vent est de la partie : la neige vole déjà, formant des nuages qui s’étirent depuis les cimes. Des avalanches de blocs et neige mêlés nous obligent à nous garer rapidement après avoir dépassé le Boréon. Une fois encore, les rafales ne facilitent pas la préparation de nos sacs. Nous sommes quittes pour effectuer un petit kilomètre de rab sur la route avant de pouvoir chausser les raquettes au parking d’hiver. Jusqu’au Col de Salèse (2031m), nous suivrons les traces laissées par d’autres randonneurs les jours précédents. Il nous faudra 1h30 depuis le parking d’hiver pour rallier ce col. Dès l’entrée dans le parc (b. 434), nous sommes surpris par la quantité de neige : les panneaux et bornes sont invisibles et nous nous engageons sur le GR51 sans faire la différence entre la piste de Salèse et le petit espace dédié aux panneaux informatifs, tant la neige est abondante. Les arbres sont par ailleurs très chargés : c’est très joli. Les toits de la vacherie de Salèse supportent pas loin d’un mètre de neige. La progression se fait à un bon rythme, à la file dans le superbe mélézin d’hiver du Vallon de Salèse. La traditionnelle pause au Col de Salèse avec une superbe vue sur le Caïre Archas (2632m) dont le sommet laisse voir une trainée de flocons de neige virevoltants dans les airs.

Hameau de Mollières (1572m)

Là, nous poursuivons notre trace en direction du Hameau de Mollières, par la seule piste permettant aux véhicules de rejoindre le hameau (b.436). Nous sommes à présent sur un petit plateau qui nous permet un panorama sur le verrou glaciaire du Lac Nègre, à savoir le Caïre Pounchu (2495m). Aucune trace ne mène au joyau du Mercantour. Plus à l’Est, c’est la Cime de Fremamorte (2731m) qui se détache majestueusement alors que nous nous enfonçons en rive gauche du torrent descendant tout droit du Lac Nègre. Nous sommes bien abrités du soleil, dommage, mais il ne fait pas froid. Nous suivons d’abord une belle trace laissée par d’autres raquetteurs. Rapidement, cette trace se transforme en une double marque laissée par un skieur, qui elle aussi disparait, nous obligeant à faire notre propre trace dans une superbe poudreuse ayant la consistance du sucre ! Les flancs Nord des Crêtes des Faegians sont parfois très raides, directement au-dessus de la piste sur laquelle nous progressions. Il n’est pas rare, certaines années de dépasser des coulées de neige. Là, heureusement, il n’en est rien. Ce secteur porte d’ailleurs le nom des Coulettes… Nous dépassons la Pointe et les Crêtes Colombrons en rive droite, quand enfin, après quelques épingles descendantes, nous apercevons par delà un grand près, les premières habitations du hameau de Mollières, alors que se détache le Mont Saint-Sauveur, barrant l’horizon à l’Ouest.

Hameau de Mollières (1572m)

A 12h15, nous entrons dans Mollières (1572m), charmant petit hameau fantôme à cette époque de l’année. Nous prendrons ¾ d’heure de pause, au soleil au lavoir pour déjeuner. Je partirai faire une petite visite du hameau qui est en pleine mutation. Il y a 2 ans, toutes les habitations étaient en ruine. Aujourd’hui, certaines d’entre elles sont en rénovation/reconstruction. Il faut dire que le hameau joit d’un cadre exceptionnel : des sources, un torrent et une exposition Sud, plus des pâturages pour les animaux. Le Mont-Saint-Sauveur (2711m) et ces flancs acérés sépare Mollières du vallon d’Isola 2000. Plein Nord, c’est la Tête Mercière alors qu’à l’Est, on devine le Giegn, les Aiguilles de Préfouns, la Cime de Frémamorte et le Rogué. Il faut déjà quitter la quiétude des lieux pour rejoindre dans un premier temps le Col de Salèse et enfin nos véhicules laissés au Boréon. Il nous faudra 2h pour avaler la longue montée vers Salèse, moyennant un petit plaisir : rattraper l’autre groupe. Nous serons 2 à faire sauter les collègues au fur et à mesure. Nous reprendrons ensuite tous ensemble avant une autre petite accélération dans les derniers mètres du col. La descente vers le Boréon voit l’arrivée d’une brume qui monte de la vallée. Nous mettrons 1h pour arrivée, en slalomant entre les mélèzes, dans la poudreuse, en essayant au maximum d’éviter la trace dure. Belle et longue journée avec près de 8h de rando et 6h15 de marche effective. Ca n’aura pas été le calvaire auquel je m’attendais en voyant le programme.

Tag(s) : #Rando Raquettes, #Rando Alpes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :