Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Croix de Carlé (2570m)

Dimanche 12 janvier 2014 – C’est la reprise ! Content de préparer à nouveau le sac type de la sortie raquette. Un, les raquettes ; deux, les chaussures ; trois, le repas et les encas ; quatre, les affaires et le change et enfin, vérifications du fond de sac. La neige est tombée avec abondances les 2 dernières semaines et j’ai hâte de le voir par moi-même. Rendez-vous à 7h à Saint-Martin : il fait encore nuit, mais le vent, lui est déjà présent et nous refroidit comme de coutume. En remontant la Vallée de la Tinée, nous prenons la traditionnelle nappe de brouillard à La Courbaisse mais le ciel plus loin semble encore un peu couvert. Ce n’est qu’à l’approche de Saint-Etienne-de-Tinée que le ciel devient bleu et que les premiers rayons du soleil innondent les crêtes. Les intempéries de la fin d’année ont laissé de belles cicatrices : 1 alternant derrière St-Sauveur et une route bien dégradée suit à un éboulement au-dessus de St-Etienne. On voit encore très bien toute la zone qui est tombée pas plus tard que la semaine passée, coupant le petit village de Saint-Dalmas-le-Selvage. C’est de ce paisible petit village que débute la rando du jour. A peine au village que nous voyons déjà l’ampleur de la sortie du jour : les crêtes de Pra Gazé menant à la Croix de Carlé. Mais heureusement, tout le monde ne voit pas ce qui nous attend… Ce sont près de 1100m de montée sèche qui sont au programme de ce dimanche. La neige est présente dans le village, même s’il ne fait pas très froid. C’est plus facile de se préparer dans une relative douceur qu’en plein froid. Nous nous élevons au-dessus de St-Dalmas que le soleil n’a pas encore arrosé de ses rayons. Nous atteignons rapidement les cabanes du Pra, sous les premiers rayons du soleil. C’est aussi à partir de ce moment que la vue commence à se dégager autour de nous, mais que la pente se fait aussi plus raide, dans une douceur toute printanière, bien que nous ne sommes qu’au 12 janvier. Au Sud-Est, on devine le Tenibre et le Corborant, 2 beaux sommets de la Haute-Tinée et qui dépasse fièrement les 3000m d’altitude. Plein Ouest, c’est le vallon de Gialorgues et le col homonyne, dominé par le Bec du Château, Fort Carra et la Côte de l’Ane. Et enfin, au Nord, on commence à deviner la Cime de la Bonette, derrière des mélèzes sans aiguilles.

Croix de Carlé (2570m)

Là, nous sommes en crêtes et montant directement vers le sommet, moyennant quelques zigzag pour faciliter l’ascension dans une belle neige. Plus nous montons, plus le soleil se fait puissant, mais plus la vue se dégage, révélant les splendeurs du secteur : un superbe vallon de Gialorges. On devine même le refuge du même nom, desservi par des traces de randonneurs. On aperçoit même les étages des Lacs de Gialorgues, sous les dents acérées des montagnes formant le Trou de l’Ane. Soudain, au Sud du col de Gialorgues, c’est la belle et imposante pyramide de la Cime de Pal qui se dresse entre Bolofre et la Tête de la Bouilière. La Cime de la Bonette (2860m) a été largement soufflée par les vents et une poussière noire recouvre partiellement les flancs sud. De part et d’autre de ce sommet, la barre et le sommet du Caire Brun marque la limite avec l’Ubaye ; une fière barre de crêtes surplombe le vallon de Sestrière.

Croix de Carlé (2570m)

La montée est très plaisante jusqu’au sommet, chacun à son rythme pour parvenir en haut où nous jouirons d’une superbe vue à 360°. Il fait tellement doux que nous pousserons jusqu’à rester une bonne heure sous la Croix de Carlé (2526m) : pas un brin de vent, mais une vue époustouflante sur ce secteur du Mercantour. Gialorgues, la Bonette, l’Enchastraye, Tortisse, le Ténibre et Corborant, sous lequel sied le refuge de Rabuons, la Comble du Plan de Ténibre. Plein sud, derrière une série de petits sommets, on aperçoit le Mont Mounier et ses barres Nord. C’est vraiment un panorama de premier ordre qu’il nous est donné de contempler aujourd’hui. Il faut bien nous résoudre à regagner St-Dalmas. Nous le ferons en bouclant par le petit Vallon de la Tour. Ca sera un moment assez difficile avec une pente très marquée à descendre, et une bonne partie sur une plaque. A tout moment, ça peut partir. Ce passage ne durera pas, heureusement, et nous regagnerons la piste de Sestrière par le bois qui entoure les cabanes du même nom. Là, nous serons quittes pour une bonne descente monotone sur la trace des pistes nordiques de St-Dalmas. Ravis de cette journée passez sous un superbe soleil, nous espérons de nombreuses autres randonnées identiques à celle-ci.

Tag(s) : #Rando Alpes, #Rando Raquettes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :