Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mont Paracuerte (2385m)

Dimanche 8 décembre 2013 – Rendez-vous à 1543m, sur le parking de Castérino, par -6°C alors que le soleil ne baigne pas encore le parking. Il faut veiller à ne pas glisser sur les plaques de verglas pendant l’équipement. Nous partons plein nord, raquettes à la main, par la route qui remonte le vallon de Castérine. Rapidement, à la sortie du hameau, nous pouvons chausser les raquettes sur une neige glacée et un recouvrement de la route parcellaire. L’arrivée du soleil qui passe (enfin) au-dessus des crêtes est bénéfique : on gagne d’un coup de nombreux degrés. Nous arrivons rapidement à la b.395 marquant l’entrée du Parc National du Mercantour. Nous longeons les limites du parc en empruntant le sentier qui remonte le versant nord du vallon de Fontanalba. La montée est pas difficile et la file de raquetteurs monte tranquillement jusqu’à l’altitude de 1849m où est situé un oratoire. Là, pause. Il faut se rafraichir car le soleil nous met à rude épreuve, et bien sûr manger un morceau car nous allons à présent attaquer une belle montée, celle qui doit nous conduire directement au sommet du jour : le Mont Paracouerte (2385m). Là, fini la piste. Il nous faut créer notre propre trace dans la poudreuse pour rejoindre la croupe sud. La pente est assez raide en sous-bois, mais nous remarquons rapidement qu’en crête, le vent est passé par là : il a soufflé toute la neige et la crête semble comme à nue. Nous espérons trouver un passage enneigé pour ne pas avoir à quitter et porter à nouveau les raquettes, qui peuvent rapidement devenir des ennemies, ainsi accrochés aux sacs. Et comme deviné, lorsque nous débouchons en crête, il n’y a peu de neige. Nous allons devoir zigzaguer pour marcher au maximum sur le manteau neigeux réduit à un minimum. Heureusement, la vue commence à être exceptionnelle, avec le Mont Bégo, le Mont Ste-Marie, la Roche de l’Abisse, le Margua et le Mont Chajol tout proche.

Mont Paracuerte (2385m)

Parfois, nous sommes malgré tout obligé de marcher sur l’herbe et les cailloux. Nous amorçons un passage en croupe très raide, gravit sans faire de virage, étirant le peloton, chacun montant selon ses moyens. Je profite du paysage. Vu sous cet angle, le Mt Bégo est imposant ! Derrière nous, au-delà des Monts Chajol et Agnelino, on devine le Mont Bertrand et le groupe Cime/Balcon de la Marta, tous 3 marquant la frontière avec l’Italie. Plus loin au sud, on devine aussi le Mont Torrage. En contre-bas, au-dessus du lac des Grenouilles, au niveau du Gias Ste-Marie, nous devions une belle famille de chamois, prise entre 2 feux : notre groupe en crête et le groupe 2 au niveau du lac des Grenouilles. Quand soudain, débouche devant nous une seconde famille de chamois très nombreuse. Ils filent et dévalent la pente enneigée avec une impressionnante facilité. Après ce spectacle, nous certains d’entre nous prennent la décision d’enlever les raquettes car la neige est presque totalement absente. Ca sera le cas jusque au pied du mamelon sommital. La neige le recouvre entièrement à partir de 2300m environ. Là, belle montée pour arriver au sommet à 2385m, et enfin, admirer le paysage à 360° sous un ciel bleu azur. Au nord-ouest le lac Vertque l’on devine glacé. Le large Col du Sabion au nord. Au nord-ouest, la Roche de l’Abisse, la Pointe Peyrefique et la Cime du Sabion. Entre le Chajol et l’Agnelino, on devine le Mont Bertrand (2482m) et la Cime et Balcons de Marta.

Mont Paracuerte (2385m)

C’est un superbe panorama qui se déroule sous nos yeux, avec la chance d’avoir un temps très clément. A peine ennuyés par une légère brise, nous poursuivons notre route vers l’Ouest, en crête. Une descente vers un petit col, suivi d’une légère remontée et une bascule vers un col un peu plus conséquent, sous une suite de petits sommets menant au Mont Sainte-Marie. C’est depuis ce petit col que nous prenons la direction du Gias Sainte-Marie, plus bas, non sans un petit crochet menant à 2523m où nous attend une superbe vue sur le Paracuerte, l’Abisse, le Margua et le Lac de l’Agnel. Même si nous ne le voyons pas en entier, on le devine très imposant. Une fois au lac, nous mangeons avant d’amorcer le chemin du retour qui va nous conduire au Lac des Grenouilles (1994m). Cette portion est agréable, dans une belle neige, entre quelques petits mélèzes sans aiguilles à serpenter en suivant les inclinaisons du terrain. Avant de rejoindre le lac des Grenouilles, il faut descendre une bonne petite pente. Le lac est complètement gelé et on peut même tenter quelques pas sur la glace. Par contre, il reste très peu de neige sur la petite plaine alentour. Nous espérons que nous allons pouvoir rentrer à Castérino sans avoir à déchausser. Et c’est le cas, très vite, nous sommes de nouveau les raquettes sur la neige. Nous décidons à couper et de plonger directement dans le Vallon de Fontanalba, afin de s’éviter une longue marche sur une large piste. Nous pouvons pleinement profiter d’une petite épaisseur de poudreuse, de quoi se faire un petit plaisir avant de rejoindre la piste glacée menant au point de départ. Nous aurons parcouru 12.5km pour 1100mD+ : belle journée avec un soleil printanier. Et que tombe la neige…

Le Lac des Grenouilles (1994m), pris par les glaces.

Le Lac des Grenouilles (1994m), pris par les glaces.

Tag(s) : #Rando Alpes, #Rando Raquettes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :