Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Rocher de Roquebrune

Dimanche 24 novembre 2013 – La neige a fait son apparition sur la chaine du Mercantour. Nous décidons donc, pour la première fois depuis longtemps de ne pas monter dans le haut pays. Direction l’Ouest du Massif de l’Estérel, en bordure du Massif des Maures : le Rocher de Roquebrune. Célèbre masse de roches orange qui domine la plaine de l’Argens et ses sédiments permiens. Cette montagne est d’ailleurs due à la surrection de ce cône de déjection. Conséquence, le Rocher de Roquebrune est un amoncellement de blocs détritiques et dalles empilées les unes sur les autres. On y trouve de nombreux grès et conglomérats, entrecoupés de failles. Nous débutons la rando en empruntons le GR51 dans le quartier des Pétignons. Nous remontons le vallon homonyme en laissant quelques fermes de part et d’autres du sentier. Nous marchons approximativement sur une faille, séparant l’ensemble sédimentaire du Rocher de Roquebrune et de la Plaine de l’Argens, des granites des Maures, mis en évidence par quelques passages dans les granites. Peu avant Haute Rouquaire, nous quittons le GR51 pour emprunter un sentier qui part plein Est sous la forêt de chênes lièges, très nombreux en cette région. Nous traversons une belle forêt, sombre : le sentier serpente entre les arbres et arbustes à feuilles persistantes. Au sol, de nombreuses pierres et blocs, rendant le sentier encore plus sinueux. Après quelques centaines de mètres, le sentier oblique vers le Nord : c’est le moment d’amorcer l’ascension vers les 3 Croix, sommet de l’ensemble du Rocher de Roquebrune. On y accède par une faille entre les falaises. A la sortie de la forêt, à l’altitude approximative de 300m, soit environ 70m sous le sommet, nous nous retrouvons sur une belle dalle de conglomérats. En nous retournons, nous avons une très belle vue sur les Maures plus au Sud, ainsi que sur les falaises composant le bloc du sommet Ouest. Après un départ canon sur le GR ne présentant pas de difficulté et une montée vers les 3 Croix très rapide, l’effort est sympa, car la pente est assez prononcée. Il faut mettre les mains de temps en temps pour s’aider à franchir les blocs et contourner les arbres. Belle satisfaction que d’arriver au toit de la rando, à 373m. Chacune des croix mesure près de 5m et pèse 1t. Chacune des croix rend hommage aux 3 peintes de la crucifixion. Nous dépassons le monolithe des 2 premières croix. Sous celui-ci, un passage en corniche mène au pied d’un bloc sur lequel trône la 3ème croix. Ce petit passage est équipé d’une main courante, pour faciliter la progression. De là, nous avons une belle vue sur les 2 sommets : le sommet central, vers lequel nous allons nous diriger par une belle traversée et le sommet Ouest où nous mangerons.

Le Rocher de Roquebrune

Il faut d’abord descendre quelques ressauts entre les dalles de grès pour ensuite nous retrouver sous le sommet central du Rocher. Autour de nous, entre les blocs, une végétation méditerranéenne et quelques chênes lièges qui poussent dans ce milieu aride. Nous gagnons facilement le pied du sommet central. A quelques mètres près, les marques bleues nous conduisent presque au sommet. Il nous reste encore une traversée à faire pour nous rendre au carrefour menant d’un côté à l’A8 et de l’autre à Haute Rouquaire (vers le sud). Là, nous slalomons entre les la végétation au grès des marques. De là où nous sommes, le ronronnement de l’autoroute rompt le silence des lieux et occupe le silence. De gros cairns, nous sommes au pied du sommet ouest, qui se dresse face à nous. Derrière, plein est, le sommet des 3 Croix et le sommet central (370m), alors que les repères des sentiers filent à notre droite et notre gauche. Nous étudions grâce au zoom de l’appareil photo le tracé menant au sommet : on voit une chaine dans une faille et de là où nous sommes, on se demande comment on y grimpe… Comme souvent, de loin, c’est compliqué d’imaginer par où passer. Dubitatif sur la suite, nous commençons à monter et nous retrouvons rapidement engagé dans l’ascension de la falaise : il y a à chaque fois une petite vire qui permet de s’élever sur le rocher. Parfois il faut mettre les mains ou pousser un peu plus sur les jambes pour franchir un bloc. Au niveau de la chaine, c’est même facile, tellement il y a de prises, tant pour les pieds que pour les mains, et celle-ci ne sert vraiment que pour se faciliter la vie à sortir de la brèche.

Le Rocher de Roquebrune

Nous sommes à quelques mètres du sommet, composé d’énormes blocs posés dans l’anarchie la plus totale. Le vent souffle et le panorama est intéressant. Derrière l’autoroute, les montagnes du Verdon enneigées, la plaine de l’Argens. Au sud le Massif des Maures et plus proche, le parcours que nous venons d’effectuer depuis les 3 Croix en, dans un enchevêtrement de végétation rase basse. Nous ne sommes qu’à 362m au-dessus du niveau de la mer. Là, nous nous abritons du vent pour manger avec vu sur les falaises de l’Hermite plus à l’ouest et la plaine de l’Argens, si plate sous cet angle. Il nous reste une belle traversée sur les dalles de grès avant de plonger et de rejoindre le vallon de l’Hermite. Nous nous retrouvons bien vite dans une belle forêt de chênes lièges, touffue et basse, à serpenter pour suivre la trace. Nous rejoignons rapidement le sentier principal, celui qui traverse nord/sud le Rocher au niveau des habitations troglodytiques. Nous poussons pour un petit crochet et ainsi apercevoir la demeure de l’Hermite, qui sort à ce moment-là ! Nous décidons de rentrer par Haute Rouquaire et suivre le GR, ce qui nous fera passer par les 2 champignons, ici nommés les 2 Frères. Ce sont 2 colonnes conglomératiques dégagées par l’érosion. Superbe vue depuis cet endroit, dommage que le ciel ne soit pas bleu à 100%, mais quand il sort, les rochers révèlent une couleur intense sur fond vert. Nous rentrons ensuite rapidement vers le point de départ, à un rythme effréné jusqu’au parking : pas de difficulté technique, un sentier en légère descente sur lequel il est facile d’envoyer un peu. Belle rando de 3h30 (8.5km / 500mD+) sur ce Rocher. Nous nous promettons de revenir en ces lieux pour « explorer » un peu plus ce petit coin qui me rappelle le Grand Ouest américain.

Tag(s) : #Rando
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :