Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cime de l'Agnel

Vendredi 25 octobre 2013 – C’est le week-end des Templiers ! Et pour la 1ère fois depuis 4 ans (1ère participation à la VO2 en 2009 et 2 fois finisher de la Grande Course des Templiers en 2011 et 2012), je ne serais pas au rendez-vous aveyronnais de cette fin octobre. Pas grave, je prépare le Festival des Hospitaliers (75km, 400mD+ du 03/11/2013) par 3 week-end à rallonge à sillonner les sentiers du Mercantour. Le dernier de cette trilogie va nous conduire au refuge de Cougourde (2091m), en Haute Vallée du Boréon. C’est agréable de quitter Nice à 8h30 un vendredi, jour de travail ! A 9h15, nous quittons le parking de la Vacherie du Boréon. Le soleil qui brille vaillamment n’a pas encore franchi la ligne de crête Est. La rando du jour doit nous conduire à la Cime de l’Agnel. La rando débute en fond de vallon, en contre-haut du torrent du Haut-Boréon. Au niveau du pont de Peïrastreiche, qui enjambe de torrent, nous rejoignons le GR52. Bientôt, nous sommes irradiés par le soleil, ce qui fait un bien fou. Le mélézin s’illumine et la vue sur le Caïre de Cougourde, la Cime et le Cayre de l’Agnel est de toute beauté sous ce soleil matinal. En 1h15, nous atteignons le refuge de Cougourde où nous rencontrons Charly, le gardien d’hiver. Nous laissons les affaires qui nous serons utiles pour les jours suivants et tout ce que nous n’avons pas besoin pour la journée, afin de nous alléger.

Cime de l'Agnel

Nous repartons en direction de Lac des Sagnes. Là, il faut escalader le verrou. Une cascade descend du lac situé plus eau. Nous la dépassons et arrivons au lac des Sagnes : il est déjà partiellement comblé en amont. Seule la partie aval peut encore prétendre au nom de lac. La ligne de crête qui entoure le lac est très acérée. Nous dépassons le lac jusqu’à atteindre le torrent qui descend directement du Lac de l’Agnel et qui monte en direction du Nord-Ouest pour emprunter le vallon de la Vallette Escure.

Cime de l'Agnel

Là, la pente s’accentue sévèrement et le sentier jusque-là bien marqué se transforme en sente le long de laquelle de nombreux cairns nous indiquent la direction à suivre. Au niveau d’un petit laquet, sous la Tête des Lacs Bessons, le torrent indique la direction à prendre : un vallon étroit duquel descend un torrent et dominé par le Cayre de l’Agnel, un vrai roc. Malheureusement, la brume commence à s’accrocher aux sommets. Nous atteignons le Lac de l’Agnel (2645m) dans un environnement très minréal. Le lac est niché au fond d’une dépression glaciaire. Des couloirs d’éboulis descendent des crêtes de l’Agnel. Nous ne pouvons malheureusement pas apercevoir la Cime où nous allons terminer notre course, tant la brume semble bien installée. Les cairns nous font dépasser le lac que l’on surplombe à présent. Nous dépassons une petite croupe pour gravir le sommet par le versant sud-est. De petites lucarnes permettent de deviner la Cougourde. La zone dans laquelle nous évoluons est une succession de dalles polies que l’on franchies aisément grâce aux cairns. Au sommet (2927m), le vent souffle assez fort. Nous sommes bien dans la tête dans les nuages. Le vent pousse les nuages assez vite et nous réserve quelques fenêtres de courtes durées sur les somments alentours : le Gélas, la Cougourde, la Cime de Brocan et le massif de l’Argentera sur le versant Italie. Au-delà d’un petit sommet en contre-bas, la Pointe de la Vallette, nous distinguons une vallée, mais la vue est très éphémère. Entre 2 nuages qui filent, nous apercevons même le Viso, droit devant. Quelle belle montagne ! Après 40min passées au sommet, il est temps d’amorcer la descente vers le refuge de la Cougourde alors que le ciel s’est nettement assombri.

Cime de l'Agnel

Nous apercevons le lac de l’Agnel au dernier moment et flânons quelques minutes sur ces bords. De retour aux abords du Lac des Sagnes, le soleil commence à faire son retour derrière quelques gros nuages persistants. En arrière-plan de ce lac, nous pouvons voir la Cime de l’Agnellière qui domine le Lac de Trecolpas. Nous sommes de retour au refuge après 5h10 de marche (10km, 1230mD+/780mD-). Nous ne serons que 10 personnes au refuge ce soir. Nous prenons possession de notre dortoir où la température affichée est de 11°C. Le feu de la pièce à vivre fait du bien et je peine à me réchauffer. Seule la soupe du dîner me réchauffera. Nous discutons des courses à venir avec le gardien, consultons avec lui la météo et parlons de la faune locale : bouquetins n’aimant pas la neige, sont-ils déjà redescendus dans la forêt de résineux du Boréon ? Charly est une personne très gentils et nous le quittons vers 22h pour nous coucher alors que le ciel étoilée est très joli loin de la lumière de la ville.

Tag(s) : #Rando Alpes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :